13 à table! 2018 – Collectif (Françoise Bourdin, Michel Bussi, Maxime Chattam, Adélaïde de Clermont-Tonnerre, François d’Epenoux, Éric Giacometti, Karine Giébel, Christian Jacq, Alexandra Lapierre, Marcus Malte, Agnès Martin-Lugand, Romain Puértolas, Jacques Ravenne, Leïla Slimani)

Collectif - 13 à table! 2018

Collectif – 13 à table! 2018 (2017)

4ème de couv’…

Quatrième édition pour ce recueil de nouvelles qui, cette année, célèbre l’amitié sous la plume de Françoise Bourdin, Michel Bussi, Maxime Chattam, Adélaïde de Clermont-Tonnerre, François d’Epenoux, Éric Giacometti, Karine Giébel, Christian Jacq, Alexandra Lapierre, Marcus Malte, Agnès Martin-Lugand, Romain Puértolas, Jacques Ravenne et Leïla Slimani.

Mon ressenti de lecture…

Fidèle à ce recueil dont le thème change chaque année!
Cette fois-ci, c’est l’amitié qui est à l’honneur avec ces treize nouvelles.
Treize, oui, comme 13 à table! bien entendu, et sans aucune superstition!

Je vous invite donc à découvrir mon petit avis sur chacune, avec mon petit coup de cœur pour celle d’Agnès Martin-Lugand.

Françoise Bourdin – Tant d’amitié: Une mise en bouche savoureuse avec un triangle, Monsieur, Madame, l’ami de Monsieur. Amoureux ou pas, le pire est qu’on n’aura pas tout à fait le fin mot de l’histoire! Un petit brin de vaudeville…

Michel Bussi – Je suis Li Wei: Une histoire touchante et triste avec cette amitié intemporelle par le biais de la magie du net. Une réflexion aussi sur l’information et la manière dont chacun la perçoit et la reçoit. Sur l’indifférence pour certains drames qui se déroulent trop loin de nos yeux…

Maxime Chattam – L’anomalie: Diantre, pour une fois, pas d’horreur à devenir verte mais une réflexion sur l’oubli, le besoin de se perdre, de prendre la fuite. Jusqu’à ce qu’un ami, qui ne vous oublie pas, ne vous a pas oublié, vous rattrape par la main pour vous ramener dans votre existence. Petite histoire un brin cynique mais très touchante également.

Adélaïde de Clermont-Tonnerre – Mon cher cauchemar: Une amitié étrange entre deux femmes qui ont aimé le même homme, une l’a écarté car elle savait ne pas pouvoir lui apporter le bonheur, l’autre a eu l’impression de jouer les pâles doublures. Et de silences en fausses croyances, l’amitié est devenue haine mais avec toujours cet homme entre elles pour conserver le lien. Il n’est plus mais elles, se retrouveront-elles? Une lecture amère, un peu triste mais tellement juste…

François d’Epenoux – Œil pour œil: Brrr, effrayant! Vraiment! Je ne connaissais pas les effets secondaires d’une opération au laser et vous savez quoi?!? Je garde ma myopie! Mais à côté de cela, cette petite vengeance entre amis est, à mon sens, bien méritée!

Éric Giacometti & Jacques Ravenne – Best-seller: Ahah, joussif! Un mini polar mettant en scène un binôme d’écrivains qui, bien entendu, nous évoque (très!) fortement nos présents auteurs! C’est, en tout cas, leurs visages que je voyais en lisant cette petite pépite!

Karine Giébel – L’escalier: Magnifique histoire d’amitié entre un gamin trop seul et une vieille dame isolée ou quand se croiser tous les jours dans les escaliers dépasse l’indifférence et la politesse. Une amitié improbable entre deux êtres assoiffés d’affection et d’attention. Très émue au cours de cette lecture!

Christian Jacq – Amitiés égyptiennes: Ce n’est pas vraiment une nouvelle mais davantage l’évocation des amitiés improbables (là aussi, mais d’un autre genre) dans l’Égypte pharaonique, entres les puissants de ce monde et les petites gens du peuple. En fidèle de la Loi de Maât, j’ai apprécié!

Alexandra Lapierre – Pyrolyse: Une amie disparaît d’une bande de copines. Des années de silence avant de connaître le fin mot de l’histoire. Une vengeance douce amère sur des amies qui n’auraient pas dû s’associer en affaires! Très plaisant.

Marcus Malte – Bande décimée: Ultra court et intense, sur les amis que l’on perd au fil de son existence, parfois bien involontairement!

Agnès Martin-Lugand – Le monde est petit: J’ai adoré le clin d’œil à la nouvelle de l’an dernier (13 à table! 2017 – Merci la maîtresse) alors que l’eau a coulé sous les ponts et que Sophia et Éric se retrouvent « par hasard », ou plutôt par l’entremise d’un couple d’amis bien intentionné! Un régal tendre!

Romain Puértolas – L’incroyable stylo Bic quatre couleurs de Benjamin Bloom: Ah il a la belle vie ce Bic 4 couleurs quand Benjamin Bloom se lamente sur son absence! Mais que ne ferait-on pas pour son Bic, « son stylo fétiche, son vieil ami »!

Leïla Slimani – Zina: Nos amitiés d’enfance, que sont-elles devenues? Quand les chemins se sont séparés? Peut-on avoir honte de cette amitié du passé? Attention à ne pas éprouver des regrets… un jour… trop tard…
Petit texte efficace de réflexion sur la valeur que nous accordons à l’amitié que nous partageons.

Mention spéciale à la couv’ de Sempé, tout en délicatesse, comme il en a le talent!

Comme d’habitude, pour les recueils, j’ai mes préférences pour certaines nouvelles et de l’indifférence pour d’autres. Mais ne vous arrêtez pas à ma note forcément subjective, c’est encore un très bon cru offert par nos auteurs, les habitués de la table!

Citations…

« Ah, comme il aurait voulu ne plus l’aimer, s’en détacher d’un coup, la considérer avec mépris! Mais c’était impossible, il le sentait bien. Il lui avait donné son cœur une fois pour toutes et n’avait aucun moyen de le reprendre sur le champ pour ne plus souffrir. »
Tant d’amitié – Françoise Bourdin.

« Parfois je me dis que c’est ça qui explique les guerres.
Que quand on ressentira la même peine pour tous les morts du monde, alors, on aura fait un grand pas vers la paix. »
Je suis Li Wei – Michel Bussi.

« Olivier était davantage porté sur ce qu’il était à l’intérieur, il y avait déjà bien assez à faire pour se sentir beau, il partait du principe que la suite relevait d’une certaine logique, celui qui s’équilibrait au dedans s’épanouissait au dehors. »
L’anomalie – Maxime Chattam.

« Depuis combien de temps refusait-il le système?
Toujours.
Il n’avait jamais véritablement pris le train du jeu social, de la parade bien-pensante du pion intégré. Il refusait la norme lorsque celle-ci ne faisait pas sens à ses yeux. Il s’était souvent démarqué par son refus de tomber dans les modes quelles qu’elles fussent.
Il avait glissé hors de la caste des gens normaux. »
L’anomalie – Maxime Chattam.

« La colère réinvente trop souvent les histoires pour mieux s’alimenter, rayant du scénario les gestes et les paroles d’apaisement. »
Mon cher cauchemar – Adélaïde de Clermont-Tonnerre.

« Nous avons tous un fauve en nous et nous nous obstinons à le nourrir de croquettes quand chaque jour il lui faudrait sa ration de sang. »
Œil pour œil – François d’Epenoux.

Vous avez lu la production policière de ces dernières années? Ça regorge de meurtres sanglants, de viols, de pédophilie, de serial killers tous plus abjects les uns que les autres. Ce n’est plus une librairie, c’est une boucherie, un abattoir à livre ouvert! Et les lecteurs en redemandent.
Éric Giacometti & Jacques Ravenne – Best Seller.

« Ma mère est née au Mali, mon père en France.
Ma mère est noire, mon père blanc comme un cachet d’aspirine.
Et moi, je suis l’assemblage des deux. Ca donne une jolie couleur, je trouve.
L’été où nous sommes allés au Mali voir mes tantes, mes cousins et mes cousines, j’ai découvert que là-bas, j’étais un Blanc.
Ici en France, je suis un Noir.
La couleur, finalement, c’est peut-être une question de perspective. »
L’escalier – Karine Giébel.

« (…) et le respect d’une valeur primordiale, Maât. Maât, le gouvernail de la barque, le socle des statues, la plume rectrice des oiseaux, la vérité, la justesse et la rectitude. »
Amitiés égyptiennes – Christian Jacq.

« Elle avait tout pour elle. Le charme, l’intelligence, l’argent… Et elle le savait… Elle savait aussi qu’elle pouvait tout gâcher. Une constante chez elle, cette détermination à massacrer sa chance… »
Pyrolyse – Alexandra Lapierre.

« (…) mon frère, je ne prie pas, je murmure ton nom aux étoiles quand vient le soir. »
Bande décimée – Marcus Malte.

« Mais ce que je lui souhaitais par dessus tout était qu’il ait toujours un ou deux amis en cas de coups durs, tout comme moi. Parfois, il ne servait à rien d’en avoir des quantités astronomiques, mieux valait en avoir peu, mais que ce soit les bons. »
Le monde est petit – Agnès Martin-Lugand.

« Oui, le stylo était le meilleur ami de l’écrivain. »
L’incroyable stylo Bic quatre couleurs de Benjamin Bloom – Romain Puértolas.

« Elle avait eu sur moi un pouvoir dont je ne parvenais plus tout à fait à comprendre les ressorts, mais pour lequel je ressentais, pour la première fois, une intense nostalgie. J’aurais tout donné à cet instant pour qu’elle revienne, qu’elle m’arrache à mes lâchetés et à mes craintes. J’avais désespérément envie de lui demander pardon. »
Zina – Leïla Slimani.

Note: 3/5

Blog Note 3

Et retrouvez mes avis pour les recueils précédents!

13 à table! 2015
13 à table! 2016 – 1ère partie
13 à table! 2016 – 2ème partie
13 à table! 2017 – 1ère partie
13 à table! 2017 – 2ème partie

17 réflexions au sujet de « 13 à table! 2018 – Collectif (Françoise Bourdin, Michel Bussi, Maxime Chattam, Adélaïde de Clermont-Tonnerre, François d’Epenoux, Éric Giacometti, Karine Giébel, Christian Jacq, Alexandra Lapierre, Marcus Malte, Agnès Martin-Lugand, Romain Puértolas, Jacques Ravenne, Leïla Slimani) »

  1. Ping : 13 à table ! (édition 2018) | Coeur d'encre 595

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s