13 à table! Collectif (Françoise Bourdin, Maxime Chattam, Alexandra Lapierre, Agnès Ledig, Gilles Legardinier, Pierre Lemaitre, Marc Levy, Guillaume Musso, Jean-Marie Périer, Tatiana de Rosnay, Eric-Emmanuel Schmidtt, Franck Thilliez, Bernard Werber)

13 à table!4ème de couv’…

13 des plus grands auteurs français actuels pour 13 nouvelles centrées autour d’un thème commun: un repas.

Intrigues policières, réunions de famille qui dérapent, retrouvailles inattendues…

Du noir, de la tendresse, de l’humour, de l’absurde, à chacun sa recette.

13 repas à déguster sans modération, alors à table!

Mon ressenti de lecture…

Dans la lignée des recueils de nouvelles, il y a eu, l’an dernier, 13 à table!

Ce n’était pas pour fêter l’anniversaire d’un salon ou disserter sur le dernier repas du Christ, c’était réunir treize auteurs français autour du thème du repas, et ce, pour aider Les restos du cœur dans son travail social.

But louable, une solidarité exercée tout en assouvissant notre passion de la lecture.

Judicieux de penser aux boulimiques livresques!

Treize auteurs, non des moindres, des connus et certains dont je ne connaissais pas la plume.

Treize style et horizons différents pour de bons moments de lecture, sans prise de tête, dans les transports en commun ou sur la plage.

Françoise Bourdin avec Olympe et Tatan démarre ce menu avec une plume acidulée sur les fameux repas de famille auxquels nous allons toujours à reculons mais que nous honorons toutefois chaque année, fidèles à l’obligation sociale et morale. Un certain cynisme qui souhaiterait qu’entre les membres d’une même famille, tout devrait être paradisiaque et non pas un déballage d’hypocrisie mielleuse ou de règlements de compte larvés. Une pointe de critique sociétale pour la mise en bouche! Françoise Bourdin ne sort pas de son pré carré, à savoir «des histoires qui nous ressemblent».

Maxime Chattam, fidèle à lui-même, avec Maligne qui représente une petite plongée dans l’horreur… Digne de nous faire rendre le meilleur des repas… Patrick Hores se croit hanté par une friandise en forme de diablotin qui le pousse à toujours manger plus, peut-être pour le punir d’avoir succombé à la tentation. Sam Kurger, psy, essaye de le rassurer, sans toutefois réellement le prendre au sérieux, jusqu’à ce qu’une simple histoire de gourmandise dépasse toute limite pour se terminer dans le sang… beaucoup de sang…
Que chacun se questionne sur son rapport à la nourriture après ces quelques pages bien gore et angoissantes!
J’adore Chattam… surtout quand un petit chat noir se faufile entre vos jambes!

Alexandra Lapierre avec Nulle, nullissime en cuisine! Aaahhh ces femmes modernes qui ne sont pas complètement polyvalentes, de cette vision machiste qui voudrait que chaque jupe soit un cordon bleu… Ben non, il n’existe pas un mode d’emploi unique qui s’applique à toutes les femmes! Sophie en sait quelque chose et son cher et tendre risque même la débandade professionnelle… mais c’est sans compter un certain livreur de pizza…
Un petit conte moderne sympa et sans prétention, à déguster avec un sourire en coin!

Agnès Ledig avec Un petit morceau de pain… Un tout petit morceau de pain dans la bouche d’un petit Nicolas et c’est le destin de trois personnes qui s’enclenche. Un bonheur qu’on n’attendait plus… Tout pour un petit morceau de pain… Très tendre, cette petite histoire autour du pain, du don, du partage… Une petite douceur savoureuse!

Gilles Legardinier avec Mange le dessert d’abord…
Cela ne nous viendrait pas à l’idée de démarrer le repas par le dessert… et pourtant, c’est ce que nous conseille l’auteur, avec sa manière bien à lui d’imprégner chaque moment simple de notre quotidien avec une profondeur émotionnelle qui rend les couleurs plus lumineuses. Le tout en évoquant, comme il sait si bien le faire, quelques anecdotes de sa propre vie…

Pierre Lemaître avec Une initiative est une nouvelle tendre sur un vieil homme qui lance une invitation à dîner mais qui se retrouve très vite débordé et dépassé à cause d’une pression magistrale qu’il s’impose. C’est un clin d’oeil à ses repas organisé qui demandent une débauche d’énergie surréaliste lorsque celui qui reçoit veut trop bien faire pour au final, baisser les bras. Touchant parce que cela concerne un veuf octogénaire un peu déconnecté de la vie, isolé dans ses petites habitudes…

Marc Levy avec Dissemblance… Je me demande encore quel rapport relie cette nouvelle au thème du repas… C’est une conversation entre deux hommes, de confession différente, échangeant sur la naissance d’un conflit ou l’oubli de ses raisons, des haines qui perdurent et de la fin annoncée et prévisible des êtres humains. Thème théologique intéressant mais totalement hors-sujet. Môssieur Levy a taché la jolie nappe blanche du repas… dommage…

Guillaume Musso avec Fantôme concentre en quelques pages un coup de foudre et une enquête policière. Un petit coup de maître qui mériterait même le format roman! Un régal! Constance est à l’hôpital avec ses idées noires de fin de vie lorsqu’elle se voit offrir un repas par un jeune homme très charmant! Mais voilà… il n’est plus… Intolérable pour Constance dont l’instinct de flic se réveille! Ce sera sa dernière enquête…

Jean-Marie Périer avec Jules et Jim… Mmouai… cette histoire m’a laissé de marbre, je dois bien l’avouer… Autour d’un repas, les retrouvailles plus qu’étranges et ratées entre deux vieux amis… La nuit leur redonnera une chance mais avec une terrible révélation au réveil… Plus une réflexion sur les occasions manquées et du temps qui ne se rattrape jamais… mais j’ai dû rater le coche…

Tatiana de Rosnay avec Le Parfait ou une histoire loufoque autour d’un mariage et des anecdotes sur les liens familiaux compliqués. Tragi-comique quand les festivités sont le résultat de tant d’heures de préparation, de heurts, de chamailleries, de changements de plan… Les rancoeurs entre Mamie et Monique autour d’un dessert… A lire avec un sourire en coin… En un mot, comme le gâteau: Parfait.

Eric-Emmanuel Schmitt avec La part de Reine m’a énormément émue car c’est l’histoire d’une loyauté entre un chien et son maître, de liens étroits et indestructibles qui guident l’homme et son animal tout au long de leur vie et au-delà. A lire absolument pour remettre quelques priorités vitales à leur juste place dans une société moderne blasée, râleuse et intolérante…

Franck Thilliez avec Gabrielle m’a également touchée… Encore une histoire autour de l’animal mais surtout avec un couple uni dans leur passion comme dans leur vie, deux être qui resteront unis bien après le dernier souffle… Un clin d’oeil également à l’évolution de notre planète, pas très réjouissante au demeurant…

Et enfin, Bernard Werber avec Langouste blues… une langouste nous parle, nous raconte une histoire, son histoire et le point de la langouste… Et si pour une fois, l’homme ne pensait pas qu’à son estomac ou qu’avec lui… Loufoque, jouissif… mais pas que(ue)!

Comme je le radote à chaque fois, je n’aime pas le format «nouvelle» mais il a au moins l’avantage de me faire découvrir de nouveaux auteurs.

Et c’est à votre tour maintenant!

Recueil publié en 2014, sans date de péremption… donc aucun risque d’intoxication alimentaire si vous le consommez maintenant!

Citations…

« Avec l’âge, la peur de manquer était son obsession. (Olympe et Tatan – Françoise Bourdin) »

« Aujourd’hui, les enfants sont rois, on leur passe tout, on leur demande leur avis… Quel choc pour eux quand ils seront confrontés à un monde moins mou que celui de leurs parents en extase! (Olympe et Tatan – Françoise Bourdin) »

« Nos cancers ne sont que le résultat concret des maux de nos âmes. Ce qu’on refoule, ce qu’on nie. Tout s’entasse. Détourner les yeux de ce qui nous dérange ne le fait pas disparaître pour autant, au contraire, il ne le fait que pourrir davantage dans son coin. Et un jour il se répand, déborde, nous retombe dessus. (Maligne – Maxime Chattam) »

« J’ai poussé droit. La hauteur n’a pas beaucoup d’importance. Après tout, la vision peut être jolie, quel que soit le niveau de l’échelle sur lequel on se trouve. Tout dépend ce qu’on regarde. Du premier barreau, on peut quand même regarder le ciel en levant la tête. (Un petit morceau de pain – Agnès Ledig) »

« Apprends-lui le discernement, pas la méfiance en tout. (Un petit morceau de pain – Agnès Ledig) »

« Ces tête-à-tête impromptus m’ont enseigné que la solitude n’est pas forcément une malédiction, parce qu’elle constitue le meilleur premier pas vers la découverte. (Mange le dessert d’abord – Gilles Legardinier) »

« Son regard passa sur les effets des deux femmes qui avaient le plus compté pour lui et ce qui lui serra le coeur, ce fut son propre égoïsme, parce qu’elles n’étaient plus des êtres, seulement des souvenirs. (Une initiative – Pierre Lemaître) »

« Si tu crois que Dieu a inventé le monde, alors ce ne peut être que Lui l’auteur de sa diversité. Et Dieu ne peut en aucun cas demander aux hommes de détruire en son nom, ce que lui-même à créé! (Dissemblance – Marc Levy) »

« Clamer ensemble que puisque Dieu a inventé la différence, en son nom nous devons la respecter, la cultiver, la protéger et l’aimer. Voici ce qu’il faut prêcher. Cette pensée pourrait bouleverser le monde! (Dissemblance – Marc Levy) »

« J’ai promis de rendre la voiture à Molly mais je suis flic et un flic ne tient pas ses promesses. Un flic va jusqu’au bout de ses enquêtes. (Fantôme – Guillaume Musso) »

« Conscients qu’ils ne seraient plus jamais les mêmes, ils disaient adieu à leur passé tout en sachant que s’il suffit d’une seconde pour mourir, il n’en faut guère plus pour se perdre à jamais. (Jules et Jim – Jean-Marie Périer) »

« Il n’est jamais aisé de recevoir ses amis lorsque, de tous, on est le plus riche. Il ne faut pas les éclabousser de l’abondance du parvenu tout en s’offrant le plaisir d’afficher une certaine décontraction. (Jules et Jim – Jean-Marie Périer) »

« Une vision grotesque, insoutenable, Mamie trépassée, vautrée dans son dessert, le visage immergé dans le chocolat, la voilette culbutée sur la nappe et la perruque frisée qui pendouille de guingois (…) (Le Parfait – Tatiana de Rosnay) »

« Si tu t’empoisonnes le présent avec un avenir qui n’existe pas, tu files un mauvais coton. (La part de Reine – Eric-Emmanuel Schmitt) »

« Et comme elle, je me forcerai à avoir confiance en demain, à avoir confiance en les hommes. Autrement, le monde serait trop laid. (La part de Reine – Eric-Emmanuel Schmitt) »

« Parfois la compassion peut être pire que la cruauté. (Langouste blues – Bernard Werber) »

Note: 3/5

blognote 35

Publicités

Une réflexion au sujet de « 13 à table! Collectif (Françoise Bourdin, Maxime Chattam, Alexandra Lapierre, Agnès Ledig, Gilles Legardinier, Pierre Lemaitre, Marc Levy, Guillaume Musso, Jean-Marie Périer, Tatiana de Rosnay, Eric-Emmanuel Schmidtt, Franck Thilliez, Bernard Werber) »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s