Citation livresque du soir!

cita1408

« Je ne pense rien. Je lis le dossier, je pose des questions, je note les réponses. Je mets les éléments bout à bout et je les confronte. Ce n’est qu’à ce prix que nous aurons une vision globale de l’affaire et que nous pourrons la résoudre. »

La trilogie des ténèbres T2 – La frontière des ténèbres – Jean-Luc Bizien

Citation livresque du soir!

cita1208

« Quand la liberté finira par arriver chez nous, tout le monde deviendra subitement patriote, et combien de nouveaux héros aurons-nous alors? Mais tant que notre patrie est en danger, ce sont les mêmes qui rampent à genoux et vont dans le sens du courant, qui mordent à de vulgaires appâts et lèchent les bottes de leurs propres traîtres, qui pourchassent nos frères (…) »

Quand les colombes disparurent – Sofi Oksanen

Citation livresque du soir!

cita1108

« Le gourdin s’abattit si fort sur son visage qu’Andreï n’éprouva aucune douleur. Il ne sentit qu’une impression d’obscurité, ne perçut que les battements de son coeur qui pompait le sang et transformait la lumière en un ciel nocturne où des étincelles remplaçaient les étoiles. (…)
Andreï sentit son visage pulser comme une créature dotée d’une vie propre. Il tenta d’essuyer le sang. Reste calme, se dit-il, retrouve ta mère, protège ceux que tu aimes. Par-dessus tout, tu dois survivre pour te reconstruire. Joue aux échecs avec ces brutes, même si tu as du sang plein les yeux. »

Le cercle Pouchkine – Simon Montefiore

Citation livresque du soir!

15181561_1804868856417402_6857762248053914999_n

« Paradoxe grotesque, on n’était pas préparé à cette liberté qu’on avait désirée de toutes ses forces. Le champ des possibles, le paradis promis, toutes ces sources de rêves se muaient en gouffres insondables, en abîme terrifiant au bord duquel on vacillait. On n’osait plus bouger. On ne savait plus rien. On se sentait inutile, invisible. On n’avait plus ni but ni fonction. On ne pouvait pas revenir vers ce passé ténébreux. Ni avancer vers cet avenir si lumineux qu’il en devenait aveuglant. On n’était plus à sa place nulle part, on ne pouvait plus intégrer aucun des deux mondes… On s’éliminait. »

La trilogie des ténèbres T1 – L’Évangile des ténèbres – Jean-Luc Bizien