Citation livresque du soir…

superblog

« J’étais allemande, répéta Elsie. Être nazi est un positionnement politique, pas une ethnie. Le fait que je sois allemande ne fait pas de moi une nazie. »

Un goût de cannelle et d’espoir – Sarah McCoy

6 réflexions au sujet de « Citation livresque du soir… »

  1. Cette citation est tellement vraie et juste ! Elle ne devrait pas rester seule sur ton blog. Il faudrait en faire un panneau et le diffuser au niveau mondial.
    (Et oui, j’ai noté le nom du livre -_- Je ne sais pas si je dois te remercier ou pas, sur ce coup là 😉 !

    • Mdr! Ce serait lettre morte dans la société actuelle! 😮
      J’ai pris conscience du sens de cette phrase quand j’étais au lycée, après une rencontre avec des correspondants allemands. J’ai été choquée du poids de cette tâche indélébile qu’est le nazisme et la WW2 sur des jeunes de ma génération alors que je pensais alors que ce « n’était que » le passé et l’Histoire. Et depuis, je suis encore + « fan » des romans sur la WW2, passion qui a débuté au collège avec l’étude de J’ai 15 ans et je ne veux pas mourir de C. Arnothy.
      Bon ok, je bois mon café du matin alors j’ai le temps de raconter ma life! :p

      • Ce serait peut-être lettre morte, mais ce serait (re)dit 😉
        Perso, cette stigmatisation d’être allemand avec le passif de leur pays, la WW2 et le nazisme, je m’y intéresse de près depuis mes cours d’histoire au collège. En plus, ma sœur qui avait fait allemand en LV1 avait reçu sa correspondante à la maison, et un de mes fils a reçu le sien chez moi il y a 4 ans (seulement) : et bien ces ados ont parfois honte d’être allemands 😮 Je crains que cette honte de l’histoire de l’Allemagne ne perdure encore longtemps :/

        Si je peux te conseiller un livre à lire absolument sur les camps (hé hé, à mon tour xD), c’est « Ravensbrück mon amour », de Stanislas Petrosky, chez l’Atelier Mosésu. Attention, il remue les tripes sévères. En le lisant, je pleurais. Et d’ailleurs, bien que ce soit un roman, l’auteur l’a écrit d’une telle façon que l’on a l’impression de lire le récit d’un survivant de ce camp. Il m’a tellement remuée que je n’ai jamais pu le chroniquer…

      • J’ai le livre de Stanislas Petrosky mais pas encore lu! 😮
        Perso, je suis picarde et avec toutes les épreuves que cette région a enduré, les histoires familiales aussi diverses qu’opposées, ce pan d’Histoire m’a toujours interpellée. De +, j’avais une grande-tante allemande, Martha, adorable, arrivée dans la famille après la WW2 et, entre rejet et mépris, elle a pas mal dégusté!
        Allemand en LV2, comme mon fils, on n’échappe pas à ce pan d’Histoire. Et c’est hallucinant comme ce sujet reste brûlant. Beaucoup + que le régime de Vichy pour les français, je trouve!
        Je ne suis pas pour une vue manichéenne de l’Histoire, les grands conflits m’intéressent pour la géo-politique et la marche du Monde, mais aussi d’un point de vue psychologique et humain car les guerres font ressortir le plus terrible comme le meilleur des hommes. La WW2 est très emblématique et reste passionnante à étudier, que ce soit avec des lectures académiques ou des romans. C’est une passion qui ne s’essouffle pas, pour moi! 😮

  2. Elle ne s’essoufflera pas pour moi non plus : mon grand-père maternel a été déporté en camp de travail en Allemagne pendant la WW2, où il y a connu une femme. Ils ont eu une fille, que nous n’avons jamais connue.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s