Au cœur du Kremlin – Vladimir Fédorovski

Vladimir Fédorovski - Au coeur du Kremlin (2018)

Vladimir Fédorovski – Au coeur du Kremlin (2018)

blognote 3

4ème de couv’…

La chronique de Moscou est remplie de grandeur et de sang, de complots, de folies soudaines, d’abandons et de surprenants redressements, la capitale russe demeurant aujourd’hui, un quart de siècle après la chute de l’URSS, tout comme jadis, selon le mot de Churchill, « une énigme drapée de mystère ». De la fin du stalinisme aux années Poutine, c’est un livre de révélations que nous propose ici Vladimir Fédorovski.

Lire la suite

Citation livresque du jour!

cita1401

« Vois-tu, en ce temps-là, je me demandais toujours: « Puisque tu vois la bêtise des autres, pourquoi ne cherches-tu pas à te montrer plus intelligent qu’eux? Plus tard j’ai compris, Sonia, qu’à vouloir attendre que tout le monde devienne intelligent, on risque de perdre du temps… Ensuite, j’ai pu me convaincre que ce moment n’arriverait jamais, que les hommes ne pouvaient changer, qu’il n’était au pouvoir de personne de les modifier. L’essayer n’eût été qu’une perte de temps inutile. Oui, tout cela est vrai… C’est la loi humaine… Et maintenant, je sais, Sonia, que celui qui est doué d’une volonté, d’un esprit puissants, n’a pas de peine à devenir leur maître. »

Crime et châtiment – Fiodor Dostoïevski

Le lac – Yana Vagner

yana-vagner-le-lac-2016

Yana Vagner – Le lac (2016)

4ème de couv’…

Au terme d’une fuite angoissante à travers la Russie ravagée par un virus mortel, Anna et ses dix compagnons de fortune — hommes, femmes, enfants — ont atteint le but de leur périple: un cabanon sur le lac Vongozero, à la frontière finlandaise, un refuge sûr, coupé d’un monde devenu hostile

Contraints à l’immobilité, ils devront apprendre à vivre ensemble, malgré les tensions permanentes, malgré le froid polaire, malgré le manque de nourriture, le manque de ressources, le manque d’intimité.

Le premier objectif est bien de passer l’hiver, terrible. Apprendre à pêcher sous la glace du lac, oser peut-être explorer les isbas désertées sur l’autre rive…

Mais ensuite? Comment s’en sort-on, lorsqu’on est encore plus démuni pour la survie que pour la fuite?

Lire la suite

Citation livresque du soir!

14063998_1291395490905839_2209190509612236669_n

« La vie, c’est une plaine sillonnée d’une infinité de routes. A chaque pas se présente une nouvelle fourche, et l’on est toujours libre de choisir de prendre à gauche ou à droite. Et ensuite viendront une autre bifurcation et un autre choix. Chacun avance dans cette plaine, en établissant lui-même sa route et sa direction : qui au couchant, vers l’obscurité, qui au levant, vers la source de lumière. Et jamais, même à l’ultime instant de notre vie, il n’est trop tard pour prendre une direction totalement opposée à celle qu’on suivait jusqu’alors depuis de longues années. »

L’amant de la mort – Boris Akounine