Austerlitz 10.5 – Anne-Laure Béatrix & François-Xavier Dillard

Anne-Laure Béatrix & François-Xavier Dillard - Austerlitz 10.5

Anne-Laure Béatrix & François-Xavier Dillard – Austerlitz 10.5 (2016)

4ème de couv’…

Imaginez un monde où la Joconde a disparu…

En 1810, la Seine avait atteint lors de la grande crue de Paris son niveau maximal: 8.62 mètres sur l’échelle hydrométrique du pont d’Austerlitz.
Aujourd’hui, la pluie tombe depuis trois jours dans la capitale. Les trois premiers jours les habitants de la grande ville ont râlé.
Et puis, le soir du quatrième jour, l’alimentation électrique a été coupée. La plupart des arrondissements ont alors connu un black-out total faisant souffler un vent de panique sans précédent dans la population. Le métro a été fermé. L’ensemble du vaste réseau sous-terrain des transports publics s’étant retrouvé noyé par des hectolitres d’eau sombre et glacée. Lorsque les premiers immeubles se sont effondrés et que la grande vague de boue a déferlé sur la ville, une véritable hystérie collective s’est emparée des parisiens et les pires exactions ont été commises.
Au nom de la survie… La peur, puis la violence ont déferlé sur la ville.
Paris est dévastée et la plupart des habitants, du moins ceux qui ont la chance d’avoir encore un toit, se terrent chez eux en attendant que cette pluie démentielle cesse enfin…
Sous le pont d’Austerlitz l’eau a atteint son record: 10.50.

Un an plus tard, on sait que Paris ne sera plus jamais la même.
Pour François Mallarmé qui a tout perdu dans cette catastrophe, sa femme et son enfant, la vie n’est qu’un long cauchemar. Il continue tant bien que mal à faire son boulot de flic dans une ville où plus rien n’a de sens.
Jusqu’au jour où une affaire de meurtres sordides le ramène à son cauchemar, au cœur même du Louvre, dans ce musée qui pour le monde entier était le symbole de ce qui fut la plus belle ville du monde, et où même la Joconde a disparu….

Lire la suite

Citation du soir!

13087778_1721320254772263_4225579324812382867_n

« Il n’a rien fait. C’est un enfant, il a en lui une innocence encore presque intacte. Rien à voir avec le reste du monde, cet enfer de corruption et d’avilissement nourri sans cesse par la médiocrité humaine. »

Austerlitz 10.5 – Anne-Laure Béatrix & François-Xavier Dillard

Citation du jour!

Superbo

« (…) le monde est affreux. De toute éternité, les hommes n’ont cessé de se battre, de se trahir, de se vautrer dans l’argent… La violence et la cupidité sont partout. Mais quand on voit ce que le génie humain est capable de réaliser, quand on voit la finesse d’un trait de pinceau, la lumière d’un tableau de Vermeer ou de De La Tour… Alors là… là, oui, le monde s’éclaire ! Tout prend sens quand on sait regarder une œuvre. »

Austerlitz 10.5 – Anne-Laure Béatrix & François-Xavier Dillard