Damalis – Marie Barthelet

Marie Barthelet - Damalis (2018)

Marie Barthelet – Damalis (2018)

blognote 4

4ème de couv’…

VIIe siècle avant Jésus-Christ.

Fils de chef promis à un avenir glorieux, un jeune Thrace perd soudain tous les siens dans un véritable massacre.
Il est alors vendu comme esclave à une famille d’aristocrates grecs.

Une vie qu’il n’aurait jamais dû vivre
et qu’il n’aurait jamais imaginée, commence pour lui…

Mon ressenti de lecture…

Il était fils de chef, destiné à prendre la suite de son père. Il sera esclave.

Dépossédé de sa famille, de son clan, de ses terres et de sa liberté, privé même de son nom, il souhaitera mourir mais l’instinct de survie sera le plus fort. En deuil de son enfance, celui qui s’appelle maintenant Damalis, meurtri dans sa chair, son cœur et son honneur, doit tout ré-apprendre et trouver sa place…

Quand j’ai vu arriver ce beau bébé de plus de 600 ki.. euh pages, gagné grâce à la Masse Critique spéciale de Babelio, une petite frayeur s’est emparée de moi! Une éternité que je ne me suis pas plongée dans un roman historique remontant aussi loin dans le temps et l’appréhension de ne plus apprécier ce genre était bien présente!

Une angoisse vite étouffée car l’auteur nous happe dès les premières pages et nous transporte d’un trait de plume au VIIe siècle avant Jésus-Christ, sur la côte sud-ouest de l’actuelle Turquie, à Milet, cité grecque d’Ionie, sous le règne de Thrasybule.

Dans les pas d’un Thrace, nous plongeons dans la vie de la cité de Milet, berceau de la philosophie grecque. Avec un portrait sociétal historique, un clin d’œil aux récits d’Homère ou les observations d’un Thalès, j’ai adoré retrouver l’atmosphère des cours de latin et grec de mon adolescence!
Ce roman ouvre la porte d’une société ancienne, riche et diverse.
Avec Damalis, nous faisons connaissance avec une famille d’aristocrates.
Le père, Phérès, possède des terres en dehors de la ville mais ce n’est pas seulement la culture et l’élevage qui font sa richesse. Il est armateur, profite de la mer aux pieds de la cité pour alimenter un commerce diversifié et voyager. Mais la cité est danger, on est tous la proie de quelqu’un et Damalis va assister à une guerre intestine, subir la trahison au sein même de la famille qu’il sert et être témoin de la politique du tyran d’alors face aux armées lydiennes convoitant la place forte.

Si le contexte historique est fascinant, ce roman est avant tout le parcours initiatique d’un jeune Thrace dont le destin bascule chez les Grecs.
Il est émouvant ce jeune garçon dont l’enfance protégée est anéantie lors d’une attaque sur son village. Son innocence a été ravie de la pire des manières, et pourtant il se relève. Il effectue un travail sur soi phénoménal pour accepter sa condition d’esclave, se soumettre aux caprices d’un maître, mais n’en garde pas moins son intelligence. Il sait écouter, observer, apprendre. Il sait être loyal ou louvoyer pour s’épargner quelque déconvenue. Il sait se rendre indispensable, attirer certaine affection.
Damalis est le personnage central alors que sa condition est inférieure. Au travers de ses yeux, nous vivons le fonctionnement ou plutôt le dysfonctionnement d’une famille qui s’effiloche, nous apprenons à lire, écrire, compter, la tenue d’une maison, à parlementer avec des artisans, à prévoir les recettes, appréhender les inimitiés pour garder l’oreille des puissants.
Mais nous apprenons aussi la résilience, l’adaptation et l’éveil à un monde nouveau, à la sensualité et l’amour.

La plume de l’auteur est soutenue, très élégante, agréable et fluide, pudique dans les moments de violence comme ceux, plus doux, de l’amour. Les 600 pages défilent à toute allure malgré quelques longueurs par moments. Elle a le talent d’installer un quotidien antique dans chacun de ses détails. L’immersion est totale dans les intrigues de la cité et l’empathie pour Damalis est immédiate.

Et avec ce roman historique et psychologique, Damalis peut témoigner qu’entre la barbarie Thrace et la société organisée et cultivée d’une cité grecque comme Milet, le sang coule toujours avec autant de violence…

Citations…

« (…) j’avais vécu dans un univers d’équilibre, de règles et de contreparties, où l’ordre est assorti de tournures respectueuses et où la chasse sert à la subsistance. Je n’avais pas subi la cruauté des hommes dans toute sa sordidité. »

« J’étais tombé une fois, j’avais dégringolé des monts de l’enfance pour m’écraser dans le ravin de l’esclavage. Je ne voulais pas recommencer, me hisser trop haut et soudain perdre l’équilibre. »

« Ne rien voir. Ne pas penser. Ne pas chercher à comprendre. S’enfuir en esprit. »

« Celui ou celle qui, un jour, me demandera mon nom, mon vrai nom, à qui je dirai mon passé, cette personne sera pour moi différente entre toutes
et je lui serai fidèle ma vie durant. »

« Il me déplaisait d’habiter un monde où les hommes
étaient autant à craindre que les dieux. »

« Il existe une heure immobile, figée par l’haleine du silence, l’instant parfait du temps absent, entre la quiétude de l’avant et l’affût de l’après. Je savourais cette heure comme une berceuse, une caresse sur les paupières. »

« Dérober leur savoir était une revanche sur ma servitude. »

« L’esclavage n’est pas le lot des ennemis mais des vaincus. »

Blog Note 4

The Bear Memoria

Publicités

2 réflexions au sujet de « Damalis – Marie Barthelet »

    • Alors tu vas adorer! Ambiance historique excellente, bien documentée et le parcours du jeune Damalis est émouvant et pudique! Et bien entendu, une intrigue sympa pour porter le tout! 😉 Bonne lecture Lulu! :*

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s