Les enquêtes de Tracy Crosswhite T4 – Prise au piège – Robert Dugoni

Robert Dugoni - Les enquêtes de Tracy Crosswhite T4 - Prise au piège (2018)

Robert Dugoni – Les enquêtes de Tracy Crosswhite T4 – Prise au piège (2018)

blognote 5

4ème de couv’…

Qui est cette femme dont le corps a été retrouvé dans un casier à crabes au fond des eaux froides du Puget Sound?

Pour retrouver son tueur, Tracy Crosswhite doit découvrir la véritable identité de la victime, malgré les efforts de cette dernière pour la garder secrète. Que cherchait-elle à fuir?

Plus Tracy Crosswhite plonge dans le passé de la victime, plus les indices se révèlent contradictoires et mènent à de fausses pistes.

Avec l’équipe de l’Unité des crimes violents de la police de Seattle, elle se retrouve confrontée à une affaire sombre et complexe, faite de trahison et de cupidité, qui la renvoie au souvenir douloureux du meurtre de sa propre sœur. Hantée par ce drame, Tracy est prête à tout pour affronter le meurtrier, quitte à mettre sa vie en jeu.

Mon ressenti de lecture…

Chirurgie, paiements en liquide, pas de photos… la victime ne voulait vraiment pas laisser de traces!
Elle voulait disparaître mais son cadavre n’était pas d’accord!
Qui est donc cette femme retrouvée dans un casier à crabes?
Le mystère est entier mais c’est sans compter la persévérance de Tracy Crosswhite et de sa fidèle équipe!

Prise au piège est le quatrième volet des enquêtes de Tracy Crosswhite mais peut se lire indépendamment des précédents. Mais pour ceux qui me connaissent, vous savez que je n’aime pas prendre le train en cours donc je conseille toujours de démarrer à la gare de départ, avec Le dernier repos de Sarah.

Robert Dugoni est davantage connu aux States, notamment avec sa série judiciaire « David Sloane », mais il commence à se faire connaître chez nous avec une personnage féminin, Tracy Crosswhite, flic de son état.

Tracy est entrée dans la police pour trouver le meurtrier de sa sœur et elle reste traumatisée par ce drame qui a anéanti sa famille. Elle a mis sa propre existence entre parenthèses pour satisfaire sa quête mais il semblerait que les jours heureux frappent enfin à sa porte sous les traits d’un ami d’enfance, Dan.
Tracy est un personnage captivant, de par son passé douloureux qui en fait une femme torturée, de par son engagement dans son métier qui donne l’impression que pour elle, chaque enquête est personnelle et qu’elle ne lâchera pas le morceau avant d’avoir découvert la vérité, au mépris des directives de sa hiérarchie (d’ailleurs ses relations chaotiques avec son supérieur, Nolasco, sont un régal d’humour froid!), et de par son humanité qui ne dénature pas sa sensibilité de femme.

Prise au piège est une enquête difficile, à partir de rien, avec des problèmes de concurrence territoriale pour nos enquêteurs mais surtout parce que l’identité de la victime est un nœud étroitement serré.

Disparition de l’une mais laquelle?
Mort de l’autre, mais dont l’identité est incertaine.
Un pseudo d’une femme qui apparaît, brasse des milliers de dollars, mais utilisé par qui?

Nous, lecteurs, sommes privilégiés.
Parce qu’en filigrane, une certaine Andrea nous raconte sa vie, du jour de son mariage jusqu’à…
Cela nous donne des indices, réveille notre esprit de déduction de flic amateur, confortablement installé dans notre fauteuil, suscite les interrogations et trace quelques fausses pistes!
J’ai adoré ce roman parce que l’auteur m’a bluffée. Parce que j’avais en tête un coupable et que je me suis plantée! Et quoi de mieux dans la lecture d’un polar de se laisser abuser par son auteur? Non?!?

Et on ne peut qu’éprouver de la sympathie pour Andrea Strickland, lectrice boulimique, discrète, au passé tragique. Mais il ne faut pas sous-estimer une passionnée livresque, elle est tout sauf inoffensive! Malgré les doutes et les suspicions, une amoureuse des livres ne peut être un être mauvais, non?

Encore une fois, Robert Dugoni nous prend par la main et ne la lâche pas avant la dernière page. Son écriture est agréable et fluide, l’intrigue est diaboliquement ficelée, l’équilibre entre vie privée et travail de flic maintient notre sympathie pour Tracy et ses coéquipiers et une excursion sur le Mont Rainier nous offre une belle bouffée d’oxygène super stressante!

J’avais beaucoup aimé les précédents romans, notamment Dans l’ombre de la clairière, mais avec Prise au piège, c’est un cran au-dessus, tant l’auteur m’a baladée dans les méandres de cette enquête ardue!

Citations…

« Quand on lui tombe dessus, même un chien sait faire la différence entre un faux pas et un coup de pied.
Juge Oliver Wendell Holmes, Jr »

« La vision d’enquêteurs en train de rire sur une scène de crime pouvait facilement être mal interprétée. L’opinion publique ne comprenait pas que l’humour noir était souvent un mécanisme de défense utilisé par les enquêteurs pour effectuer leur travail sans dégoût. »

« – Tu as peur des requins, d’un truc comme ça?
– Non, juste de l’eau autour des requins. »

« Ce qui demeurait non dit, c’est que ni Andrea Strickland ni Devin Chambers n’avait de famille pour exiger des réponses ou faire un foin de ce que les enquêtes ne reçoivent pas toute l’attention requise. En d’autres termes, personne ne réclamait de mettre de l’huile dans les rouages. »

Blog Note 5

 

The Bear Memoria

Publicités

10 réflexions au sujet de « Les enquêtes de Tracy Crosswhite T4 – Prise au piège – Robert Dugoni »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s