Fantazmë – Niko Tackian

Niko Tackian - Fantazmë (2018)

Niko Tackian – Fantazmë (2018)

blognote 4

4ème de couv’…

Janvier 2017.
Dans une cave du XVIIIe arrondissement de Paris,
un homme est retrouvé, battu à mort. Le commandant Tomar Khan

pense à un règlement de compte.

Le genre d’affaire qui restera

en suspens des années, se dit-il. Mais voilà, l’ADN relevé sur les lieux
a déjà été découvert sur le corps d’un dealer albanais,
battu à mort dans une cave lui aussi.
Et bientôt une rumeur court
dans les quartiers chauds de Paris, celle d’un tueur insaisissable,
un Fantazmë, un « spectre » en albanais, qui s’en prend à la pègre.
Avec cette enquête troublante,
Tomar Khan plonge dans des zones d’ombre
où s’affronteront inévitablement son devoir de policier
et ses sentiments d’être humain.

Mon ressenti de lecture…

Je n’ai pas abandonné Tomar Khan bien longtemps puisque j’ai enchaîné Toxique et Fantazmë. Le plus difficile sera d’attendre la suite de ces deux romans!
Comme d’hab’ lorsque je donne mon avis sur un tome de série, je conseille toujours de commencer par le premier pour ne rien rater de l’évolution de la psychologie des personnages récurrents, et ce, même si chaque roman peut se lire indépendamment les uns des autres sans grande gêne!

Après l’excellent Toxique, je n’avais que peu de doutes sur Fantazmë. Je me suis autant régalée, si ce n’est davantage car les personnages principaux prennent de l’épaisseur.

Et notamment Tomar dont l’univers onirique s’invite dans ses phases d’éveil, avec des hallucinations et des malaises.
Une force de la nature ce Tomar mais qui ne peut rivaliser avec son propre corps qui sonne l’alerte sur le mal-être de son âme, entre les fantômes du passé, le poids de ses actes, et la noirceur de certaines ombres.
Il fait l’effort d’accepter le soutien d’un psy, même si c’est le futur époux de son ex, bénéficie du roc maternel qui lui rappelle ses racines et sa bonne éducation, accepte que ses sentiments soient plus profonds qu’il ne le souhaiterait envers Rhonda, mais tout semble aller à vau-l’eau.

Rien n’est simple entre vie privée et vie professionnelle, tout se complique.

Tomar avance coût que coûte, bien déterminé à mener son enquête jusqu’au bout, avec l’aide de son équipe, mais devra aussi gérer les soupçons qui pèsent sur lui dans l’affaire Müller, ce violeur retrouvé mort dans Toxique.

La présence de Rhonda est moins discrète, elle s’affirme au sein de son couple et de son travail. Rhonda apporte un soutien indéfectible à Tomar, quitte à mettre sa carrière et sa liberté en danger.

Et mention spéciale pour le personnage quelque peu délabré de Bob. Malgré son côté surper sexy de l’au-delà (humour!) et l’angoisse qu’il génère chez Tomar, il m’a bien fait sourire!

L’intrigue est ancrée dans l’actualité: attentats, mafias de l’Est de plus en plus présentes, vagues de réfugiés, proxénétisme agressif et violent, indifférence des uns et petites morts des autres… Cette prédominance de l’actualité efface quelque peu la frontière entre réel et fiction, ce qui en fait un polar puissant, à mon sens.

Le tout est rythmé, très visuel (je ne vais vous ressortir que l’auteur est aussi scénariste pour la télévision, une des cordes à son arc, et que son talent s’exerce avec bonheur tout autant dans ses romans!), efficace et addictif.
Nous avons l’enquête et l’action d’un côté mais aussi un zeste de roman noir avec cette actualité qui questionne le lecteur.
Nous avons tous oublié que nous sommes aussi certainement tous des migrants, par nos ancêtres ou nos grands-parents tout au moins, migrations plus ou moins confortables selon les circonstances et les époques mais migrants tout de même. Et Ara qui, après avoir fui son pays et ses racines, s’est intégrée à sa terre d’accueil mais n’a jamais oublié et le rappelle bien énergiquement à Tomar, son fils, quand son empathie est en berne. Elle se retrouve en position aujourd’hui de tendre la main et d’aider. Une leçon d’humanité glissée au creux de cette enquête policière…

Le choix du titre est idéal. Fantazmë, spectre en albanais.
S’il est justement choisi pour le personnage insaisissable qui laisse dans son sillage des lieutenants de la pègre albanaise battus à mort dans des caves, les spectres sont partout! Ce sont ces étrangers, ces migrants, que l’on croise dans l’indifférence générale du quotidien, ses ombres sans identité qui peuvent disparaître sans remous.
Ce sont ces femmes exploitées et violentées, esclaves de la violence et de la cupidité de l’homme.
Ce sont nos propres fantômes, nos blessures, nos fautes, nos remords qui nous hantent chaque jour et nous grignote l’âme petit à petit.

Fantazmë est également une histoire de vengeance, une justice rendue pour des victimes ignorées, par le sang et pour le sang. La frontière entre justice et crime est ténue. L’auteur nous le concède volontiers quand une sympathie certaine nous lie spontanément au Fantazmë. C’est une vision accablante de la société, quand les meurtres se commettent en toute impunité, quand les coupables ne sont jamais inquiétés car instaurant un régime de terreur, quand les autorités sont impuissantes ou totalement laxistes, quand il ne reste plus d’autre solution que la vengeance, le « œil pour œil, dent pour dent » pour ne pas perdre totalement espoir en une certaine humanité.

Par contre, encore une fois, je suis frustrée. Je trouve que le roman est trop court. Môssieur Niko Tackian, possible de rallonger un peu pour le prochain?
Car je serai, bien évidement, au rendez-vous!

Citations…

« L’humanité commence par l’amour et finit par la haine. Proverbe kurde. »

« Eric, lui au moins, savait précisément ce que la vie pouvait lui offrir: rien. Comme disait le dalaï-lama, le pape ou une quelconque grosse tête, c’est quand on perdait tout qu’on prenait conscience de ce qu’on possédait réellement, c’est -à-dire, et en résumé, sa bite et son couteau, si on avait la chance d’en avoir un. »

Blog Note 4

 

Retrouvez aussi mon avis, sur le blog, of course, sur Toxique:

Publicités

4 réflexions au sujet de « Fantazmë – Niko Tackian »

  1. Ping : Fantazmë de Niko Tackian | blacknovel1

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s