Citation livresque du soir!

15181561_1804868856417402_6857762248053914999_n

« Paradoxe grotesque, on n’était pas préparé à cette liberté qu’on avait désirée de toutes ses forces. Le champ des possibles, le paradis promis, toutes ces sources de rêves se muaient en gouffres insondables, en abîme terrifiant au bord duquel on vacillait. On n’osait plus bouger. On ne savait plus rien. On se sentait inutile, invisible. On n’avait plus ni but ni fonction. On ne pouvait pas revenir vers ce passé ténébreux. Ni avancer vers cet avenir si lumineux qu’il en devenait aveuglant. On n’était plus à sa place nulle part, on ne pouvait plus intégrer aucun des deux mondes… On s’éliminait. »

La trilogie des ténèbres T1 – L’Évangile des ténèbres – Jean-Luc Bizien

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s