Le saut de l’ange – Lisa Gardner

Lisa Gardner - Le saut de l'ange (2016)

Lisa Gardner – Le saut de l’ange (2016)

4ème de couv’…

Nuit noire et pluvieuse sur le New Hampshire: sur la route, une voiture fait une violente embardée.
Au volant, une femme qui ne se souvient de rien, sauf d’une chose: Vero, sa fille, qui était avec elle, a disparu.

Tout est immédiatement mis en œuvre pour la retrouver, en vain…

Jusqu’à ce que Thomas, le mari de Nicole, dévoile que sa femme a perdu la raison: l’enfant n’a jamais existé!

Pourtant, il y avait une autre personne avec elle dans la voiture lors de l’accident, les recherches de la police l’ont confirmé.

Alors, qui était-ce?
Qu’est-elle devenue?
Que s’est-il réellement passé cette nuit-là?

Mon ressenti de lecture…

Je remercie tout d’abord Lecteurs.com et les éditions Albin Michel pour l’envoi de ce roman. Lisa Gardner est un auteur que je suis depuis longtemps et je m’avançais, confiante, en terrain connu!

Le saut de l’ange est le troisième volet des enquêtes de Tessa Leoni, après Preuves d’amour et Famille parfaite.
Mais en fait, Tessa n’est que très peu présente dans ce thriller. Nous suivons plutôt son petit ami, Wyatt Foster, brigadier, et de son collègue Kevin Santos.

Une sortie de route un soir d’orage, une femme ensanglantée qui remonte la pente boueuse et hurle un prénom, Vero. Nicky, désorientée et choquée, ne pense qu’à retrouver Vero.
Logique et légitime de penser qu’un autre occupant de la voiture est porté manquant.
Légitime et logique de penser qu’il s’agit de sa petite fille.
Les forces de l’ordre sont alors réquisitionnées pour une battue…
Mais rien. Rien de rien.
Et le brigadier chargé de l’enquête sur cet accident, Wyatt Foster, n’est pas au bout de ses surprises!

D’un banal accident de voiture, peut-être sous l’emprise de l’alcool, l’enquête se corse avec la personnalité de Nicky, sujette à des pertes de mémoires et des crises atroces de migraines. Son état physique n’est pas au top et psychologiquement, ce n’est pas mieux: le moins que l’on puisse dire c’est que c’est le foutoir sous ce crâne! Trois commotions cérébrales en six, il en faut moins pour être déboussolé, non?

C’est un thriller qui manque certes d’action car axé sur la psychologie et l’état mental de Nicky.
Et le lecteur prend le risque d’avoir un sérieux mal de tête à essayer de démêler ce que vit Nicky car elle-même se bat férocement contre son propre cerveau qui a verrouillé à double tour certains blocages!

L’enquête est minutieuse, laborieuse, foisonne d’hypothèses, de fausses pistes et d’impasses. De peu d’éléments cohérents et solides à la base, il faut pourtant résoudre le mystère « Vero », compter sur des éclairs de lucidité de Nicky, vaincre la réticence et les silences du mari, Thomas, et exploiter tous les détails, même les plus insignifiants.

Nicky est une personnalité complexe qui ne peut même plus compter sur ses propres certitudes avec son cerveau malmené. Tour à tour inquiète, parano, femme amoureuse ou haineuse, elle essaye de survivre au chaos. Un amour immodéré et difficilement contrôlé pour le scotch, plus précisément le Glenlivet, 18 ans d’âge, single malt tant qu’à faire, ne pousse pas les enquêteurs à accorder leur totale confiance à Nicky, non plus.

Le mari énigmatique, Thomas, n’aide pas non plus à éclaircir la situation. Il ne coopère pas, son attitude jette un voile de suspicion sur son honnêteté. Mais est-il pour autant coupable ou cherche-t-il seulement à protéger un amour vieux de 22 ans?

Les découvertes sont au compte-goutte, les doutes et le suspense sont omniprésents! Lisa Gardner nous offre ici un portrait de femme captivant! J’ai beaucoup aimé cette approche psychologique des traumatismes de l’enfance et l’analyse des moyens que possèdent le cerveau pour protéger son hôte… ou le conduire à la folie!

Le seul bémol est que le fond de vérité est tellement bien enfoui dans le cerveau de Nicky que l’atteindre ne se fait pas sans quelques longueurs. Mais l’auteur compte sur notre insatiable curiosité pour nous maintenir en alerte jusqu’à la fin!

J’ai apprécié retrouver Wyatt et Tessa, dans les balbutiements de leurs relations, dans les doutes d’un amour naissant, dans les risques qu’ils courent tous deux à se faire confiance.

C’est de nouveau une très bonne lecture en compagnie de Lisa Gardner, une valeur sûre!

Citations…

« – Tu connais des ados sans portable ?
– Il faudrait déjà que je connaisse des ados.
– Tes neveux, tes nièces…
– Ah oui. Ils ont tout le matos, iPod, smartphones, etc. De manière générale, on a intérêt à ce que les gosses ne s’éloignent jamais de ces engins-là. Sinon, ils risqueraient de nous parler. »

« Mais nous savons l’une comme l’autre que là n’est pas le problème. Vero a toujours été une fille solide. Mais dans ce monde, celles qui ne plient pas finissent par se rompre. »

« Chaque fois que les autres filles me faisaient des misères, je me vengeais sur elle. La théorie du ruissellement dans sa version sadique. C’était peut-être cela qui nous liait toutes, nous étions une grande famille de tordues dont chacune rivalisait de méchanceté. »

« Car il n’est pas d’amour sans preuve de confiance.
(…) Car il n’est pas d’amour sans persévérance.
(…) Car il n’est pas d’amour sans pardon. »

« Quand on a vingt ans, on espère que les parents de votre copine vous apprécieront; quand on en a quarante, on prie pour que ses gosses vous acceptent. »

Note: 4/5

Blog Note 4

Logo Lecteurs.com1

 

 

Publicités

5 réflexions au sujet de « Le saut de l’ange – Lisa Gardner »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s