La cité des miroirs – Justin Cronin

Justin Cronin - La cité des miroirs (2017)

Justin Cronin – La cité des miroirs (2017)

4ème de couv’…

En 122 apr. V., soit 122 ans après l’apparition en Amérique du Nord d’un virus qui a décimé la population, la vie semble reprendre ses droits.
Ce virus, à la suite d’une expérience gouvernementale, a été inoculé à douze personnes, qui, transformées en monstres assoiffés de sang, ont propagé le mal.

Mais quelques poches de population ont réussi à combattre et à éliminer les Douze, mettant un terme à un siècle de terrifiantes ténèbres.

Les survivants sortent de derrière leurs hauts murs, déterminés à reconstruire leur société, et osent désormais rêver d’un futur meilleur. Mais est-ce la fin du cauchemar ou une simple accalmie avant le déchaînement d’autres forces obscures?

Loin d’eux, dans une métropole à l’agonie, le Zéro attend.
Le Premier.
Le père des Douze.
L’angoisse qui a brisé sa vie humaine le hante, et la haine qu’a engendrée sa transformation le brûle. Seule pourrait l’apaiser la mort d’Amy – le dernier espoir de l’Humanité, La Fille de nulle part – qui a grandi pour se dresser contre lui.

Une ultime fois, la lumière et l’ombre vont s’affronter. Amy et ses amis iront au-devant de leur destin.

Mon ressenti de lecture…

Je remercie tout d’abord NetGalley et les éditions Robert Laffont pour l’envoi de ce roman.

Justin Cronin adore les pavés. Prenez la trilogie du Passage et vous êtes certains d’être déjà en excédent de bagages dans les aéroports et d’avoir le bras musclé! Bon, c’est aussi l’assurance de bonnes heures de lecture!

Après Le passage, un premier tome un peu lent, l’action et le rythme se sont affirmés avec Les douze et j’attendais avec impatience ce dernier opus…
Mais de patience il fallut s’armer! Quatre ans de patience… C’est dire…

Difficile de donner un avis spécifique sur un tome quand celui-ci clôture une trilogie. C’est donc davantage un avis d’ensemble, d’où le quatre étoiles d’ailleurs.
Mon préféré reste Les douze. Comme dit précédemment, Le passage a été trop lent à mon goût mais, diantre, quelle plume addictive! Et pour la Cité des miroirs, je suis dubitative…

Tout d’abord parce que l’action ne démarre réellement qu’à la sixième partie, vers la moitié du pavé donc. Alors ok, j’ai eu plaisir à retrouver les personnages et les réminiscences des deux premiers tomes, l’ambiance de paix retrouvée et de reconstruction d’un peuple survivaliste meurtri, mais tout cela m’a paru longuet et sans but, surtout le long passage sur le passé de Zéro.
Le long prologue remplit pourtant son office en ravivant notre mémoire usée de patience!

Ensuite parce que je reste sur ma faim. Le récit est pourtant dense, riche, regorge de réflexions passionnantes sur de grands concepts essentiels et existentiels.
L’Histoire, l’Humanité, la religion, le devoir de mémoire, la résilience et l’Amour sont au creux de ce dernier tome.
Mais mon sentiment résiduel est un manque d’aboutissement.
Peut-être parce que le mysticisme est très important dans le récit et pas seulement dans le domaine de la religion. Entremêler le réel, le rêve ou d’autres dimensions se prêtent toutefois merveilleusement aux digressions spirituelles mais me laisse une impression de voyage sans fin.
Peut-être parce que le genre post-apocalyptique, questionnant sur la place de l’Homme sur Terre, sur son rôle dans une société moribonde ou invivable, ouvre une fenêtre sur l’espoir d’une nouvelle ère, une nouvelle structure, un renouveau salvateur des véritables valeurs, et en fin de compte, un monde meilleur; mais l’épilogue de cette trilogie ne nous offre pas cet espoir, de part l’organisation de la société, de l’attitude de la masse devant la découverte d’artefacts et de leur interprétation, ou de l’appréhension de l’Histoire, de la notion même de religion.

Une fin de saga est toujours douce-amère.
Je suis triste d’avoir atteint la dernière page… je suis orpheline de personnages que j’ai appris à aimer, avec qui j’ai tremblé.
La Cité des miroirs est une épopée sur la chute d’une civilisation, en des scènes apocalyptiques et horrifiques, avec des sacrifices humains absurdes ou héroïques.
Mais au-delà du destin du genre humain, c’est un roman profondément humain qui ne se contente pas de raconter des vies, de la naissance à la mort. Nous sommes dans le ressenti, les émotions, les doutes, les douleurs et aussi les joies. Ce qui est l’essence de l’esprit et du cœur de chacun dans son existence individuelle mais aussi comme élément essentiel d’un grand tout. Car toute vie est importante.
L’auteur a su gérer la multitude de ses personnages autant dans leur destinée personnelle qu’au sein de cette apocalypse. C’est quelque chose qu’il maîtrise admirablement bien: donner vie à un personnage par ses actions mais aussi par toutes ces petites choses impalpables qui le construisent et l’aider à évoluer.
Dans Le passage, les liens familiaux étaient omniprésents et l’avenir était devant. Avec Les douze, c’était le chaos, les épreuves et les choix qui étaient mis en avant. Et avec La cité des miroirs, c’est, à mon sens, la notion de mortalité qui est prépondérante.
La mort comme résultat du danger, certes, mais davantage analysée dans les regrets, le souci de laisser son empreinte ou d’aimer quelqu’un pour continuer, quelque part, à vivre même en son absence corporelle. Les personnages ont vieilli, d’accord, l’extinction humaine est à nos portes, certes mais on sent réellement, de manière diffuse au travers de certains mots ou allusions, la Faucheuse rôder alentour dans une atmosphère parfois lourde et prégnante.

Ce qu’il maîtrise aussi parfaitement, ce sont les scènes d’apocalypse! Les attaques sur Kerrville, la tempête en haute mer essuyé par le Bergensfjord, la chute de la Cité des miroirs sont très visuelles, par exemple, dignes d’un grand film catastrophe!
Une précision chirurgicale dans la description de ce monde devenu hostile à l’être humain nous transporte dans une ambiance violente et mortifère où l’instinct de survie transcende toutes les peurs. Hommes, femmes, enfants, personne n’est épargné, et surtout pas le lecteur!

L’auteur jongle avec brio avec une plume incisive et brutale pour les scènes d’action et un certain lyrisme quasi poétique pour les scènes de paix, de quiétude et de réflexion. Un style auquel j’ai accroché dès les premières pages du Passage et auquel Justin Cronin est resté fidèle.

Malgré les quelques bémols qui ont entaché ma lecture, je reste transportée par cette saga! La fin d’un monde pour un nouveau départ… avorté pour une renaissance plus lointaine, le destin d’Amy et de ses comparses est un conte passionnant et addictif. Une trilogie que je relirai même avec grand plaisir, moi qui ne relis que très rarement les romans!

Il me reste à découvrir son recueil de nouvelles, Huits saisons, et Quand revient l’été, qui sont tous deux davantage de la littérature blanche, a priori.
Mais je suis preneuse, les yeux fermés, si Justin Cronin continue son chemin dans la SF post-apocalyptique!

Citations…

« Elle laissa la terre couler entre ses doigts, tomber sur le tissu avec un crépitement de gouttes de pluie sur un tapis de feuilles. Poignée après poignée, sa fille disparut. Au revoir, pensa-t-elle. Au revoir, ma chérie, mon amour à moi. »

« (…) l’âme fracassée, comme éclatée en un million de petits morceaux de verre partout en elle. Les os comme des barres de plomb. Elle avait besoin de boire, de manger, mais avait épuisé ses réserves. (…) Ses besoins vitaux, quelle importance? Rien n’importait plus. »

« Après trois années de quasi-solitude, le bourdonnement de toute cette humanité entassée lui donnait l’impression qu’on lui ponçait la peau au papier de verre. »

« Sois toi-même. C’est l’axiome de base. Valable pour la plupart des choses, d’ailleurs. »

« Jamais je ne m’étais senti aussi vivant.
La vie nous arrache ce sentiment. Jour après jour, les sublimes éclairs de l’enfance se dissipent. C’est l’amour, évidemment, et l’amour seul qui nous rend à nous-mêmes, ou du moins c’est ce que nous espérons, mais cela nous est enlevé. Que reste-t-il quand il n’y a pas d’amour? Une corde et une pierre.
Je n’ai pas cessé d’éternellement mourir. C’est ce que je voulais dire. »

« Ce n’était pas l’amour d’un homme pour une femme, ou d’un frère pour une sœur, c’était quelque chose de plus rudimentaire, dépouillé jusqu’à son essence: un lien, une énergie subatomique que les mots étaient impuissants à nommer. »

« De leur vivant, ils avaient été bien des choses. Désormais, ils en étaient une autre. Ils étaient une armée. »

« Je porte la chaîne que j’ai forgée ma vie durant. Je l’ai faite maillon par maillon, et mètre par mètre; je m’en suis ceint de mon plein gré, et c’est de mon plein gré que je la porterai.
Charles Dickens, Un conte de Noël. »

« C’est les enfants, (…), qui nous donnent la vie; sans eux, nous ne sommes rien, nous sommes là, et puis nous disparaissons, comme la poussière. »

« Il hurlait à pleins poumons. Des mots dépourvus de sens, des jurons, une vomissure de terreur. Il était sur le point d’être déchiqueté. Il ne resterait quasiment rien de lui à enterrer, comme s’il y avait encore quelqu’un aux alentours pour se charger de son inhumation. »

« Et pourtant, céder, accepter la mort, l’esprit l’interdisait. L’esprit exigeait, contre toute logique, de continuer. « 

« Ah, les choses qui vous passaient par la tête dans un moment pareil! Le cerveau n’était pas tendre, il n’avait aucun sens de la justice, il vous torturait en vous faisant penser à tout ce que vous n’aviez pas fait, ou que vous ne pouviez pas faire. »

« Le monde avait une façon de vous parler si vous le laissiez faire; le tout était d’apprendre à l’entendre. Elle resta un moment à savourer le calme, à écouter ce que le monde lui disait ce matin-là. »

« L’Histoire est une histoire: notre histoire à nous. D’où venons-nous? Comment avons-nous survécu? Comment pouvons-nous éviter les erreurs du passé? Avons-nous une importance quelconque? Et dans ce cas, quelle est notre juste place sur terre?
Je vais poser la question autrement: qui sommes-nous? »

Note: 4/5

Blog Note 4

 

NETGALLEYfavorited_reviews_120

 

Publicités

14 réflexions au sujet de « La cité des miroirs – Justin Cronin »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s