Jusqu’à l’impensable – Michael Connelly

Michael Connelly - Jusqu'à l'impensable (2017)

Michael Connelly – Jusqu’à l’impensable (2017)

4ème de couv’…

Harry Bosch, retraité du LAPD malgré lui, tente de tuer le temps en remontant une vieille Harley lorsque Mickey Haller, son demi-frère avocat de la défense, lui demande de travailler pour lui comme enquêteur.

Cisco, qui occupe ce poste habituellement, vient d’être victime d’un accident de moto aux circonstances plus qu’étranges, et Haller est persuadé que seul Bosch pourra l’aider à innocenter Da Quan Foster, un ex-membre de gang accusé d’avoir battu à mort Lexi Parks, la directrice adjointe des services municipaux de West Hollywood.

Si les obstacles sont de taille – la preuve accusant Foster est accablante et il ne reste plus que six semaines aux deux frères avant le procès –, Haller en est sûr, Foster est innocent. Dilemme pour Harry!
« Passer de l’autre côté »?
Tout simplement impensable.
Comment défendre un assassin quand on a passé sa vie à en expédier le maximum en prison?

Mon ressenti de lecture…

Je remercie tout d’abord NetGalley et les Éditions Calmann-Lévy pour l’envoi du 21ème volet des aventures d’Harry Bosch: Jusqu’à l’impensable.

Oui, vous avez bien lu: 21! Que le temps passe!
Mais pour ceux qui ne connaissent pas encore Harry, ne vous inquiétez pas, ce titre, comme les autres, peut se lire indépendamment des autres, sans aucune gêne pour la compréhension, l’auteur égrenant adroitement quelques rappels au fil des pages.
Et pour qui Harry fait partie de leur famille livresque, c’est toujours un régal de le retrouver.

Harry Bosch est en retraite forcée et en procès avec le LAPD. Des dizaines d’années à traquer les assassins, les arrêter et passer le relais à la justice. Et quand son frère, Mickey Haller, avocat à la défense, lui demande de l’aide pour un futur procès, c’est tout simplement impensable pour Bosch d’accepter: ce serait travailler pour l’ennemi, trahir les siens.
Mais Bosch est curieux et, une fois un œil glissé dans le dossier, son instinct d’enquêteur reprend le dessus.

Dans un mélange de polar et de thriller juridique, Michael Connelly nous offre une intrigue joliment ficelée autour des états d’âme de Bosch, tiraillé entre sa quête de la vérité, sa réticence à fournir à la défense des armes pour innocenter aveuglément son client, et le sentiment omniprésent de trahir sa corporation.

Cette enquête est passionnante par le parallèle constant entre le métier de flic et celui d’avocat.
Quand le flic se frotte à la lie de la société pour essayer de mettre sous les verrous le maximum de tueurs, il faut bien dire que la suite judiciaire n’est pas toujours à la hauteur. Il collecte le maximum de preuves pour le District Attorney (Ministère public) car il appartient à l’avocat du Bureau du Procureur de prouver le crime.
Les avocats de la défense, eux, n’ont forcément pas le même but que les policiers: ils servent les intérêts exclusifs de leur client au nom du sacro-saint principe que tout homme est présumé innocent jusqu’à preuve du contraire et se servent de tous les rouages possibles du Droit pour se faire, sans égard pour la Vérité.
La Justice et de le Droit ne sont pas toujours en accord et Bosch en a cruellement conscience.
L’un est un acteur de terrain alors que l’autre est un fou du roi, habile manipulateur des textes, le prince du prétoire à l’éthique élastique.

De là à dire que la partie adverse est pure et intègre, surtout dans ce roman… ne franchissez pas ce pas!
Tout ce qui porte un badge ou uniforme est loin d’être aussi intègre qu’Harry Bosch!
Bosch connaît toutes les ficelles de la guéguerre que se livrent flics et avocats de la défense. Et même si un ADN identifie un coupable tout désigné, son flair lui dit autre chose. D’enquête sur le terrain à l’étude minutieuse des dossiers, jusqu’à l’impensable, Bosch affronte toutes les embûches pour découvrir la vérité, en préservant son intégrité.

Un excellent opus que j’ai adoré, pour tous les détails sur l’élaboration d’un dossier d’avocat de la défense, pour tous les obstacles que celui-ci doit surmonter pour mener sa mission à bien, pour toutes les combines utilisées d’un côté comme de l’autre.
J’ai eu plaisir à retrouver Mickey Haller, autre personnage récurrent de Michael Connelly, que j’aime détester parfois! Tout comme j’ai adoré retrouver un Harry Bosch décontenancé par sa nouvelle mission, toujours un peu maladroit dans son rôle de père mais toujours aussi talentueux dans ses intuitions et ses enquêtes.

L’intrigue est tordue et le suspens constant, non dans l’innocence ou la culpabilité du tueur présumé, mais par l’étau qui se resserre autour de Bosch quand, un à un, les éléments de preuves et les témoins sont écartés de son chemin. Bosch arrivera-t-il à déjouer la tactique de la terre brûlée?

21ème aventure mais aucune lassitude: une valeur sûre!
L’auteur a le talent de constamment se renouveler autour d’un personnage qui n’en a pas terminé de nous offrir d’excellentes heures de lecture!

Citations…

« La loi était flexible. Dès qu’il y avait des avocats, il y avait matière à marchés. »

« Ils avaient un suspect en prison et une correspondance ADN. Pour certains, la
victoire aurait déjà pu paraître assurée, mais les enquêteurs s’étaient montrés
exhaustifs. Ils avaient cherché plus et, à le faire, s’étaient enfoncés dans un
tunnel. Celui où la vision se rétrécissant, l’enquêteur ne voit plus que le
suspect qu’il a sous la main. »

« (…) il avait décidé de se montrer plus formel dans l’espoir, qui sait, d’intimider l’ancien officier de police qu’il allait questionner.
Plutôt que de mettre en doute la valeur de son témoignage, il choisit de s’attaquer à ses méthodes de travail, aux façons qu’il avait de tourner la loi et de brouiller la vérité. Bref, de recourir à la stratégie plus que rebattue qui consiste à s’en prendre au messager quand on ne peut pas démolir son message. »

Note: 4/5
Blog Note 4

NETGALLEY

 

Advertisements

8 réflexions au sujet de « Jusqu’à l’impensable – Michael Connelly »

  1. Je n’ai pas encore lu ce dernier opus (en date), mais Hieronymus Bosch a évidemment sa place dans mes bibliothèques… Alors ce ressenti de lecture me confirme dans l’intention de lire très prochainement…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s