Loupo – Jacques-Olivier Bosco

Jacques-Olivier Bosco - Loupo (2013)

Jacques-Olivier Bosco – Loupo (2013)

4ème de couv’…

Loupo, Kangou et Le Chat se sont rencontrés dans l’antichambre de l’enfer, à l’Assistance Publique. Orphelin, fugueur ou petit voyou, leur galère ne faisait alors que commencer…

Vingt ans plus tard, la vie, ils ont décidé de la cramer… Ils sont devenus voleurs, braqueurs et délinquants. Les casses, les flingues, le fric, l’adrénaline, la révolte, la nuit… Ils sont comme l’orage, sombres et déchaînés…

Sur les tuyaux du Chat, Loupo et Kangou, son ami, son frère, écument les bureaux de poste et les banques de la région parisienne.
Pour l’argent, pour le plaisir, pour le frisson glacé…

Jusqu’au jour où lors d’un braquage, Loupo tire par erreur sur un môme et le blesse grièvement.
Après, c’est comme dans un rêve, plus la fin approche, plus les images s’effilochent…
Les flics lancés à leurs trousses, une meute des cités qui leur colle aux basques, ils deviennent des loups…
Disparaître, se livrer, tuer ou être tués…
L’étau se resserre, mais avant, il leur faut solder les comptes et régler définitivement l’addition…

Mon ressenti de lecture…

Jacques-Olivier Bosco adore les belles mécaniques qui vont vite, très vite! D’ailleurs, il nous régale d’au moins une scène de course-poursuite ou de virée à grande vitesse dans chacun de ses romans. C’est un régal!

Et Loupo est à l’image de ces scènes: 190 pages à peu près, tout va super vite, en une sorte d’urgence vitale, avec le danger à chaque virage! Le ton est âpre, rugueux, direct, saccadé! Pas le temps de disserter, pas de fioritures, juste le temps de raconter l’essentiel et d’aller droit à l’essentiel!

Ils ont dans la vingtaine, déjà cassés par la vie… D’ailleurs la vie, ils la bouffent: ils ne sont pas nés avec une cuillère d’argent dans la bouche alors ce qu’on ne leur a pas donné, ils vont le prendre!
On ne choisit pas sa famille et Loupo se créera la sienne, avec ses frères de l’Assistance Publique. À la vie, à la mort!
Un roman sombre et déchirant d’une génération désabusée et sans repère, dans un no man’s land au cœur de notre société où la poudre et la violence parlent avant le cœur… Et pourtant, du cœur et des principes, Loupo et ses amis en ont…

Ce récit, c’est du son aussi. C’est un cri dans la nuit, un hurlement de loup à la lune. De la musique comme Les Sisters of Mercy, un de mes groupes préférés, à la basse grave et profonde, avec ses éclairs de lumière dans un brouillard dense, à la voix qui vous emporte loin dans les profondeurs, aux paroles cyniques et pourtant si belles.

Parce qu’ils sont beaux, ces jeunes, à leur manière, ils ne cessent de courir mais courir après quoi? Un avenir meilleur, une fin rapide? Un flirt incessant avec le danger pour se prouver qu’ils existent, qu’ils comptent?

Beaucoup de non-dits dans ce roman noir, pas nécessaire de s’étendre quand juste quelques lignes lancées au lecteur sont largement efficaces pour créer l’ambiance, brosser l’environnement et toucher du doigt les déchirements et le mal-être de ces garçons à qui la vie n’a pas fait de cadeau et qui n’ont pas poussé bien droit…

Loupo est une étoile filante ou un éclair un soir d’orage: de la fureur, de la violence mais aussi de la lumière à l’état pur. Un instantané de vie: quand le passé est à oublier, l’avenir incertain, il ne reste que le présent, tout de suite, maintenant…

Une lecture rapide, percutante, tourmentée mais intense!

Citations…

« Je ne sais pas ce que j’ai fait, ce que je leur ai fait, ils vont venir. Des années sont passées, j’attends encore, je suis prêt, prêt à les aimer, ou à les buter, ces enfoirés… »

 « Le mal est déjà là, je le sens, je vais l’aimer et elle, elle va m’abandonner. Et moi, à nouveau, je vais vouloir crever. Alors, autant en finir dès maintenant, pas de début, pas de fin, dès maintenant.
Maintenant… »

« Je l’ai déjà dit, on s’en fout de crever, rien à foutre de la vie, rien à foutre de la mort! On s’en fout! On a des yeux de shootés, c’est normal, elle est là notre came, notre drogue, l’adrénaline, le sang, la haine et la violence! C’est notre cocktail, c’était dans nos biberons à nous. »

Note: 4/5

Blog Note 4

Et retrouvez sur mon blog, mon avis sur:

Et la mort se lèvera (2010)
Le cramé (2011)
Aimer et laisser mourir (2012)
Quand les anges tombent (2014)

 

Et la bibliographie de Jacques-Olivier Bosco!

Publicités

8 réflexions au sujet de « Loupo – Jacques-Olivier Bosco »

    • Il y en a 6 et tu peux les lire indépendamment, dans l’absolu! Mais le mieux est de commencer par le 1er, Et la mort se lèvera. Parce que les personnages se retrouvent dans les suivants… ^_^ J’ai découvert l’auteur avec Quand les anges tombent, un coup de foudre! Donc c’est à toi de voir! -_- (lis les tous, lis les tous, lis les tous… non, non, ce n’est pas un message subliminal! :p )

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s