Libérez votre cerveau – Idriss Aberkane

idriss-aberkane-liberez-votre-cerveau-2016

Idriss Aberkane – Libérez votre cerveau (2016)

4ème de couv’…

Notre cerveau est plus grand que toutes ses créations.
Ce n’est pas à notre cerveau de s’adapter à nos créations, mais l’inverse.

De la médecine à la politique, du marketing à l’éducation, appliquer ce principe, c’est se changer soi-même… et changer le monde.

Notre société brasse aujourd’hui une quantité gigantesque de connaissances et, malgré tout, ne produit que très peu de sagesse. Or, une civilisation qui produit beaucoup de savoirs sans sagesse est vouée à l’autodestruction.

L’ouvrage traite en particulier de la neuroergonomie, la science qui étudie le cerveau au travail. De l’école au bureau, ou en ville, le potentiel de cette nouvelle science est immense, aussi bien socialement qu’économiquement.
Il décrit précisément notre cerveau, ses capacités, ses limites, ses points aveugles, et les moyens connus de l’utiliser au mieux.
Des cas récents nous démontrent en effet à quel point l’usage de notre cerveau est perfectible: des calculateurs prodiges comme Alexis Lemaire parviennent à calculer la racine treizième d’un nombre à cent chiffres en moins de quatre secondes.
Or, ils ont le même cerveau que nous!
La différence réside donc dans leur manière de l’utiliser, et en particulier dans leur capacité à répartir la charge cognitive sur plusieurs fonctions de leur esprit.
Cette capacité, Idriss Aberkane nous explique comment nous pourrions tous la maîtriser.

Mon ressenti de lecture…

Aaaahhh le cerveau! Ce grand inconnu, cette machine complexe et riche qui reste mystérieux à nos yeux alors qu’il nous accompagne à chaque instant de notre existence!

Pour une fois, je ne viens pas vous donner mon avis sur un roman… Les lectures dites « sérieuses », initiatiques et/ou académiques ont nourri majoritairement mes années estudiantines et, depuis, je privilégie les lectures récréatives… mais de temps en temps, l’envie renaît, notamment lorsque je tombe sur des interviews d’auteurs comme ce fût le cas avec Idriss Aberkane.

Je ne vais pas vous recopier la bio de l’auteur! Gros bagage universitaire, prof dans de grandes écoles supérieures, chercheur dans d’autres, conseillers auprès de gouvernements et multinationales, conférencier… le gars est loin d’être désœuvré et son expertise semble être très recherchée en plusieurs domaines dont celui qui nous occupe aujourd’hui: les neurosciences.

Je ne suis pas scientifique, je n’ai pas la fibre scientifique… ou alors elle est bien planquée dans les méandres de Môssieur mon cerveau. Mais je suis dotée d’une curiosité intellectuelle insatiable et quand j’ai la chance d’écouter une personne experte et passionnée, pédagogue au point de vulgariser intelligemment son discours, je suis capable de me lancer dans la découverte de la théorie des cordes… ou de me plonger dans un « traité de neurosagesse ».

Et j’emploie le terme vulgariser non pas d’une manière condescendante et méprisante mais au contraire,dans le sens de rendre un thème quel qu’il soit accessible et intelligible à un néophyte total.

S’y plonger, c’est une chose… Comprendre, assimiler et y prendre plaisir en est une autre!

Alors? Pari réussi ou le brouillard est-il épais sous ce crâne?

Wouaou! Ce livre est fabuleux et terrible à la fois.
Fabuleux car il nous rappelle que notre cerveau est un élément riche, intelligent, autonome, complexe, aux capacités infinies et aux prouesses extraordinaires.
Terrible car il nous pose en face de tous les dysfonctionnements de notre société, à commencer par le système éducatif pour se prolonger avec le système politique.
Ainsi se pose la problématique suivante: comment voulez-vous être heureux quand, dès la naissance, l’appareil sociétal marque son emprise pour vous brider, vous formater et vous enfermer dans des petites prisons carrées et grises?

Ce livre est une réussite dans le sens où le cerveau est abordé sous tous ses aspects, de la physiologie en passant par la métaphysique, la psychologie, la sociologie et la philosophie. Dans le sens où l’auteur a le talent d’employer des métaphores rendant tous ses raisonnements et démonstrations limpides et compréhensibles.
Ah je ne dis pas que c’est une lecture totalement récréative car il m’a fallu à plusieurs reprises, et faire des pauses pour laisser la vapeur se dissiper autour de mon crâne, et relire certains passages plus compliqués et techniques que d’autres.

Des auteurs et théories de tous horizons et de toutes époques y sont cités et référencés mais je note toutefois un bémol… les illustrations, à l’exception de l’encart central, auraient mérité une bien meilleure qualité, pour la compréhension.

Mon livre est un hérisson… Depuis toute petite, j’ai coutume de mettre un marque-page à chaque fois que les mots prennent d’assaut mon esprit ou mon cœur… pour ne pas oublier, pour y revenir plus tard. Et celui-ci a doublé de volume avec ces petits bouts de papier partout… Trop long de tout relever mais pour une fois, je vous demande de scroller pour lire quelques citations… elles vous donneront un meilleur aperçu encore de ce manifeste même si, sorties de leur contexte, elles perdent en force d’impact!

Alors certains liront ce traité pour briller en société, d’autres pour le descendre en flèche car il est de coutume de dénigrer certaines vérités géniales et dérangeantes… et puis d’autres, par curiosité et envie d’en savoir un peu plus, de poser des mots sur des évidences de simple bon sens…

Ce n’est pas un recueil de moyens pour booster nos performances dans une logique de toujours plus vite, plus fort, plus loin, plus, plus, plus… c’est un plaidoyer pour davantage d’équilibre et de bonheur…

Je retiendrai la comparaison, qui circule déjà beaucoup sur le net, de notre école dont le rôle est similaire au gavage des oies… comme le résultat est un foie malade pour les animaux, celui de l’humain n’est-il pas un cerveau malade ou tout du moins, bridé et névrosé?
Je retiendrai que tous les désagréments, les inconforts, les malaises qui sont les nôtres tout au long de notre existence ne sont pas forcément le produit d’un cerveau malade, déviant ou déficient mais bien l’expression d’un cerveau rebelle au carcan étriqué et imposé de notre société.
Je retiendrai que sans un minimum de sagesse, d’éthique et de passion, un merveilleux outil comme le cerveau n’alimentera jamais le bonheur d’un être humain.

La liberté de notre cerveau est peut-être une douce utopie dans le quotidien de nos vies, tant nos sociétés sont manipulatrices et versent dans une ingérence insidieuse de plus en plus prégnante… mais savoir que cette liberté est une vérité authentique de notre être apporte un bien fou à notre psyché et une analyse nouvelle de notre monde…

Pour ma part, je ne regrette pas absolument cette immersion dans mon neurone (oui, oui, discutez pas, je n’en ai qu’un mais c’est Batman!), elle a soulagé ma culpabilité, m’a décomplexée et rassurée sur mes choix de vie. C’est un plaidoyer pour la liberté de l’homme et la prise de conscience. Ce sont des mots que chacun d’entre nous devraient lire… soyons libres dans notre globalité en libérant notre cerveau… il ne demande que ça!

Citations…

« (…) notre cerveau sera toujours plus grand que tout ce qu’il peut concevoir. » Préface de Serge Tisseron

« Bien que je préfère penser l’accomplissement de l’hyper-individualité en termes de « désir » plutôt que d' »ego », je le rejoins sur sa conclusion: il n’y a pas d’ego excessif, il n’y a que des ego qui savent se mettre au service de leurs projets et d’autres d’autres qui mettent leurs projets à leur propre service. (…) L’hyper-individualité n’implique pas obligatoirement l’hyper-individualisme (…) » Préface de Serge Tisseron

« (…) les projets qui nous tiennent le plus à cœur sont ceux qui nous permettent à la fois de nous épanouir et de nous rendre utiles au monde, à condition toutefois que nous ne fassions pas passer la réussite sociale du projet et les bénéfices secondaires que nous pouvons en retirer avant le bonheur qu’il y a à le mener. » Préface de Serge Tisseron

« Nous pouvons mieux apprendre, mieux produire, mieux voter, nous pouvons mieux penser, mieux communiquer, mieux comprendre, tout cela en étant plus épanouis, plus heureux, plus productifs, et donc plus brillants. Alors, que signifie exactement sortir son cerveau du confinement? »

« En psychologie, on appelle « affordance » la partie d’un objet physique qui est la plus naturellement prise par nos mains. La poignée d’une casserole, par exemple, est son affordance. Eh bien, les idées aussi ont des affordances, et le bon professeur sait munir les notions abstraites d’une poignée intellectuelle simple. Ça aussi, c’est de la neuroergonomie. »

« Sans doute les interfaces du futur feront-elles dialoguer subtilement les potentiels de notre vie physique et de notre vie mentale, parce que les deux sont entrelacés aussi bien par leur évolution commune que par leur mise en œuvre. »

« Isaac Asimov a rappelé qu’une civilisation qui produit beaucoup de connaissance et peu de sagesse est menacée d’autodestruction. De la même manière, Arnold Toynbee avait observé, citant Ibn Khaldoun, que les civilisations ne mourraient pas assassinées, mais par suicide. Ce serait bien beau d’utiliser au mieux notre cerveau, mais encore faudrait-il être sage. »

«  »Choquer et impressionner » c’est infliger à l’ennemi une manifestation si brutale, si massive, si rapide de ses capacités de destruction qu’il devrait, en théorie, perdre toute volonté de se battre. »

Note: 5/5

Blog Note 5

Publicités

4 réflexions au sujet de « Libérez votre cerveau – Idriss Aberkane »

  1. Je me le suis offert récemment, pas encore lu mais après quelques pépites que je dois absolument lire avant je me jetterai dessus ! Tiens toi aussi tes livres finissent plus gros ?!
    Bonne journée Karine, bisessss

    • Héhé, oui, certains ressemblent à des hérissons avant que je ne recopie les citations dans un carnet ou sur mon blog! 😉 Bonne lecture à toi Gwen et des bizzzzz! :*

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s