Dernier meurtre avant la fin du monde – Impact – Ben H. Winters

ben-h-winters-dernier-meurtre-avant-la-fin-du-monde-impact-2016

Ben H. Winters – Dernier meurtre avant la fin du monde – Impact (2016)

4ème de couv’…

Les derniers jours sont arrivés.
Ancien agent des forces de police de Concord (New Hampshire), Hank Palace a trouvé refuge dans les bois de Nouvelle-Angleterre, où d’anciens collègues se sont rassemblés pour attendre la fin.
Mais son esprit n’est pas encore en paix.
Il lui reste une affaire à régler, la plus importante peut-être: celle de la disparition de sa sœur Nico, qui semblé liée aux activités d’un énigmatique culte pseudo-survivaliste qui entend encore sauver le monde, envers et contre tout.

L’humanité entre maintenant dans ses derniers soubresauts.
En route pour l’Ohio, où l’attend manifestement une révélation tragique, l’inoxydable Hank, accompagné du chien Houdini et de son ami Cortez, découvre à bicyclette ce qui reste de l’Amérique: un monde en ruine et déserté par la technologie, un territoire hostile peuplé de gangs fanatiques, d’immigrants illégaux, de groupuscules religieux… et d’une communauté amish qui pourrait bien l’amener à reconsidérer toute sa perception des choses.

Mon ressenti de lecture…

Impact.
Pour celui de l’astéroïde 2011GV1 qui va détruire toute vie sur Terre dans quelques heures.
Pour celui que cette catastrophe annoncée a sur les êtres humains… enfin, ceux qui restent pour faire bravement face.

Impact, troisième et dernier volet de cette trilogie: Dernier meurtre avant la fin du monde.
Trois étoiles sur cinq pour les deux premiers car je restais sur ma faim… notre compagnon de route, Hank Palace, était un peu un OVNI au milieu de la débandade anarchique humaine, étranger aux événements, seulement préoccupé par son job: résoudre le mystère entourant certaines morts.

Qu’importe la finalité, l’extinction de toute vie, chacun a le doit de choisir comment mettre un terme à sa propre existence devant cette fin du monde prévue et inéluctable. Et Hank reste le dernier à rendre justice pour ceux qui n’ont pas eu le choix de leur décès.
Et pendant deux romans, j’ai eu envie de lui secouer les puces, de lui montrer l’inutilité de son travail et de lui coller sa prochain fin sous le nez pour obtenir une quelconque réaction passionnée…

Mais non, stoïque le gars… malgré tous les obstacles d’une société en perdition, à la dérive ou disparue, il continuait son petit bonhomme de chemin… Frustrant…

Quatre étoiles pour ce dernier récit…
Alors? Hank s’est réveillé? A-t-il pris conscience que l’échéance était à sa porte?

Oui car retrouver sa sœur est devenu sa priorité vitale. Rien ni personne ne va le détourner de son ultime combat.
Oui car il ressent la pression du temps qui coule, passe par des crises de panique et de terreur … intérieures… c’est le champion du flegme et de la maîtrise de soi cet homme! Il aurait dû naître anglais et non pas américain!

Non car il reste tout de même trop calme et stoïque, il ne pense pas à sa propre disparition. Jusqu’au bout il se tourne vers un autre que soi, comme pour nier l’impact de cet astéroïde sur son existence, son vécu. Et même s’il s’agit de sa sœur, il s’inquiète de sa sécurité, pas du bonheur qu’il aurait à passer les dernières heures avec elle.

J’ignore totalement quel serait mon comportement dans ce scénario mais ça bouillonnerait certainement à un niveau un million de fois supérieur… alors que le ton reste toujours aussi dépassionné… Donc je reste frustrée après cette lecture, il me manque une dose d’émotions ou de mélo pour être scotchée… et c’est dommage…

Mais une étoile supplémentaire car l’auteur a su maintenir le suspens jusqu’au bout.
L’ambiance est lourde, suffocante, anxiogène.
Le lecteur a envie d’assister à la réussite de la quête de Hank, même si toute action reste vaine à la dernière seconde du compte à rebours mortel.
On évolue dans un paysage immense et pourtant désertique, dépeuplé et où la moindre rencontre est dangereuse… On ressent fortement que les humains sont entrés en sommeil, une sorte de léthargie résignée, que la mort a commencé son œuvre dans un silence ouaté alors que le pire est encore à venir.

Retrouver sa sœur, c’est aussi suivre le chemin du groupe auquel elle s’est attachée, animé par l’objectif de sauver la planète.
Hank va revivre, au fil de ses découvertes, douloureusement, les déconvenues de Nico, les espoirs qui s’éteignent pour beaucoup et la folie égotique qui explose pour certains dans une volonté survivaliste chimérique.
L’intrigue démarrée avec le premier tome trouve ainsi son explication finale et sa conclusion sans trop de surprise.

J’ai beaucoup apprécié, avec le sourire, le passage empli d’humour des quelques moments passés avec le couple baba-cool qui jouit de ses derniers instants avec philosophie et abandon, en pleine nature, avec un poulailler et des caisses de bière bien garnis.

J’ai été émue par cette communauté amish, heureuse dans un havre isolé de paix et de bonheur simple, protégée de la vérité par un patriarche bourru, aux épaules tellement larges et à la responsabilité insondable…

Je suis restée triste pour Hank. Impact est un volet très personnel qui analyse les rapports de cet homme avec son passé et Nico, sa sœur. Il reste un être solitaire que seul Houdini, son chien, accompagne. A-t-il réellement vécu? Les incompréhensions, les regrets et les remords torturent les âmes quand l’espoir des retrouvailles s’éloigne alors que le crépuscule descend irrémédiablement…

Et c’est avec la gorge serrée qu’on referme ce roman…

Citations…

« Mon besoin de la voir est si intense qu’il me fait l’effet d’une brûlure ronflant au creux de mon estomac, comme la fournaise dans le ventre d’une chaudière, et si je ne la retrouve pas – si je n’arrive pas à la voir, à la serrer dans mes bras, à m’excuser de l’avoir laissée tomber –, alors ce feu me sautera à la gorge et me consumera. »

« Il s’avère que l’officier Burdell a mené une étude sur les divers scénarios; une collection de toutes les théories, des plus sérieuses aux délires les plus extravagants et contre-enquêtes nébuleuses, toutes les idées loufoques présentées comme susceptibles de sauver le monde. »

« Ce qui va arriver ne sera pas la reconquête de la Terre par une Mère Nature triomphante, une répudiation karmique de la mauvaise intendance appliquée par une humanité arrogante. Rien de ce que nous avons jamais fait n’aura plus la moindre importance. Cet événement a toujours attendu la planète des hommes, sur toute l’étendue de notre histoire, il était en route vers nous, quoi que nous fassions. »

« Ce n’est pas seulement le présent d’une personne qui meurt avec elle, quand elle est assassinée, noyée ou qu’un rocher géant lui tombe sur la tête. C’est le passé, aussi, tous les souvenirs qui n’appartenaient qu’à elle, ce qu’elle a pensé et jamais dit. Et tous ces futurs possibles, tout ce que la vie lui aurait réservé. Le passé, le futur, le présent, tous brûlés ensemble comme un fagot. »

« Même maintenant, même encore, la mort me fait peur. Même maintenant. Je la flaire, l’odeur aigre de ma terreur, qui flotte autour de moi comme un brouillard. »

« À présent, elle semble plus claire, plus calme, comme si le simple fait d’avoir un endroit précis où aller lui permettait de marcher plus droit dans son monde tordu. »

« Ce que j’ai envie de faire, et ce que je ferais si cela avait des chances de fonctionner, c’est la soulever et la secouer par les pieds jusqu’à ce que les faits tombent de cette fille comme des pièces dégringolant de sa poche. »

« Presque toujours, la réalité est exactement conforme aux apparences. Les gens ont tendance à regarder les aspects douloureux ou ennuyeux de la vie en s’attendant à demi à ce qu’il y ait autre chose sous la surface, un sens plus profond qui leur sera un jour dévoilé; nous attendons la grâce salvatrice, la révélation stupéfiante. Mais la plupart du temps, les choses sont simplement ce qu’elles sont, la plupart du temps aucun trésor scintillant n’est dissimulé sous la terre. »

« Un astéroïde énorme est réellement en train d’arriver, et il va tous nous tuer. C’est un fait réel, dur, froid et irréductible, un fait qui ne peut être ni esquivé ni escamoté. »

« Les gens croient n’importe quoi, du moment qu’ils le veulent suffisamment. »

« Quand on élucide un meurtre, on ne le fait pas pour la victime, car après tout elle est morte. Élucider un meurtre sert la société en restaurant l’ordre moral qui a été bouleversé par un coup de feu, un coup de poignard ou du poison, et ça contribue à préserver cet ordre moral en avertissant d’autres personnes que certains actes ne peuvent pas être commis impunément. »

« Je n’aime pas penser qu’ils sont morts pour une bonne raison, parce que ça rendrait leur mort acceptable. Comme si c’était une bonne chose que ce soit arrivé, parce que ça aurait ordonné ma vie. Ce n’est pas une bonne chose. C’est horrible. »

Note: 4/5

Blog Note 4

Et retrouvez sur le blog mon avis sur les deux premiers tomes!

Ben H. Winters – Dernier meurtre avant la fin du monde (2015)

Ben H. Winters – Dernier meurtre avant la fin du monde – J-77 (2016)

Publicités

15 réflexions au sujet de « Dernier meurtre avant la fin du monde – Impact – Ben H. Winters »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s