Elle & lui – Marc Levy

Marc Levy - Elle & lui

Marc Levy – Elle & lui (2015)

4ème de couv’…

Un site de rencontres les a réunis.

Ils ne sont pas devenus amants, mais amis.

Et ils comptent bien en rester là…

Elle est actrice. Lui écrivain.
Elle s’appelle Mia. Lui Paul.
Elle est anglaise. Lui américain.
Elle se cache à Montmartre. Lui vit dans le Marais.
Elle a beaucoup de succès. Lui pas vraiment.
Elle est même une star. Mais lui ne le sait pas.
Elle se sent seule. Lui aussi.
Il la fait rire. Elle enchaîne les maladresses.

Elle ne doit pas tomber amoureuse. Lui non plus.

Mon ressenti de lecture…

C’est en rangeant un coin de bibliothèque pour laisser de la place aux nouveaux arrivants que des petits bouts de papier hérissant la tranche de ce Levy m’ont alertée sur le fait que je ne l’avais pas chroniqué en son temps.

Mais le pire est que, relisant la 4ème de couv’ pour réveiller mon ressenti, … rien… un blanc… ou le trou noir!

Et c’est malheureusement ce qui se passe avec les derniers romans de Marc Levy… je les oublie dès la dernière page tournée!
Autant j’avais adoré ces premiers romans, me jetant sur les GF (Grands Formats) dès leur sortie, autant, au fil des parutions, je ne prends plus que les Poche, à l’occasion… comme une vieille addiction dont on a du mal à se défaire…

Je ne retrouve plus l’étincelle des débuts…

Nous retrouvons dans Elle & lui certains des personnages présents dans le 1er roman de l’auteur, Et si c’était vrai, et sa suite, Vous revoir. Des clins d’œil que j’ai beaucoup aimé pour des personnages et des histoires qui m’avaient touchée à l’époque.

Mais pour le reste… cela reste un conte de fées moderne gentillet, convenu, sans grand éclat et aux sentiments tièdes.

L’anonymat soudain de Mia, actrice à la célébrité naissante, dans les rues parisiennes est peu plausible et le thème abordé du rôle des médias reste très superficiel.

L’histoire est tirée par les cheveux et résonne malheureusement d’invraisemblances…

Je suis curieuse de savoir si les péripéties coréennes de Paul sont possibles dans le monde de l’édition moderne et dans la vie réelle car, franchement, même dans un roman, elles sont farfelues et si peu crédibles…
Les références au métier d’écrivain, de son rapport à l’écriture et des liens qu’il entretient avec ses personnages sont divertissants et sauvent, à mon sens, cette lecture, mais sont tout de même redondantes.

La notion de liberté des personnages de fiction surgit à plusieurs reprises.
La répétition de sa volonté d’effacer et de gommer les pages comme des pans de vie est aussi très présente.
Ne serait-ce pas un message subliminal de l’auteur pour traduire un besoin personnel de vacances?
Parce que, honnêtement, cet auteur publie peut-être un roman par an, se retrouve à chaque fois en tête de gondole mais pour ma part, je ne ressens que le déclin de son écriture avec des romans bâclés et sans grande recherche…
Ou alors je grandis et deviens plus exigeante… même avec des comédies romantiques!

Alors au final, oui, c’est un roman divertissant qui se laisse lire en fermant tous ses circuits neuronaux, au bord de la piscine, entre deux mojitos bien frais… mais sans plus!

Citations…

« Mais on leur dit merde, à ceux qui n’aiment pas les histoires heureuses, qu’ils aillent patauger dans leur sinistrose, ils nous font déjà assez suer comme ça, on ne va pas en plus leur laisser le mot de la fin. »

« C’est peut être cela finalement, aimer vraiment. Apprendre à pardonner, sans réserve et surtout sans regrets. Poser son doigt sur la touche d’un clavier, effacer les pages grises pour tout réécrire en couleur. Mieux encore, sa battre pour que tout finisse bien. »

« Poser le doigt sur la touche d’un clavier et regarder le passé s’effacer comme les pages d’un manuscrit… »

« Pourquoi les personnages de romans auraient plus de courage que nous? Pourquoi osent-ils tout et nous si peu de choses? Est-ce leur liberté qui est à la source de leur accomplissement? »

« Les gens passent plus de temps les yeux rivés sur leurs portables qu’à regarder ce qui se passe autour d’eux. Le seul moyen d’attirer l’attention de nos jours, c’est en souriant sur un écran de smartphone (…) »

« Est ce la liberté que s accordent les personnages de fiction qui nous fait tant rêver, ou la façon dont cette liberté les transforme, pourquoi osent ils tout et nous si peu de choses? »

« Que tu souffres par la faute d’un autre, ça je n’y peux rien, mais je ne veux pas te voir souffrir par ta faute à toi. Je suis ton amie et si je me taisais, je m’en sentirais responsable. »

« La nuit, Paul rejoignait un monde imaginaire où il se sentait heureux en compagnie de personnages devenus amis.
Sous sa plume tout devenait possible. »

« Mia ne savait pas ce qu’elle voulait, mais elle savait ce qu’elle ne voulait plus. Le doute, l’attente, le silence. Elle voulait des projets impossibles, mais qui vous donnent envie de vous lever le matin, retrouver l’appétit de vivre et ne plus se réveiller l’estomac noué. »

« – Pourquoi est-ce toujours la dernière clé du trousseau qui ouvre la porte? (…)
– Parce que la vie est mal faite, sans quoi la cage d’escalier ne serait pas plongée dans le noir. »

Note: 3/5

Blog Note 3

Publicités

40 réflexions au sujet de « Elle & lui – Marc Levy »

    • Après cet avis, ce n’est certes pas moi qui vais te conseiller un Levy mais je persiste à dire que Musso gagne à être découvert, il se bonifie lentement mais sûrement comme le bon vin et de la comédie romantique divertissante, il s’achemine vers le thriller et ça commence à être vraiment intéressant! Après, je peux comprendre que le battage médiatique autour de ces 2 auteurs ne donne pas envie! ^_^

      • Le battage médiatique me fait reculer au lieu de me faire avancer, en effet. Lord Arsenik m’a conseillé les deux, il lit chacune de leurs nouveautés chaque année et n’en est pas déçu, maintenant, faudrait que je me décide au moins à ouvrir un Musso !

        Si je dois lire Levy, je choisirai ses derniers…

      • N’exagère pas! 😮 Tu as ton groupe de fans! Je suis parfois obligée de me battre pour arriver devant la scène! 😀

      • Un petit groupe de fan, ma plupart des mecs que je dois flatter et leur dire que je n’aime qu’eux… PTDR

        Bon, joue des coudes ma grande et demande aux mecs de te laisser passer devant.

      • Tu es trop modeste! Je ne vois pas que des mecs autour de moi et le groupe n’est pas petit, il déborde de partout! 😉

      • Ok, nous ne sommes pas seules, mais ça fait du bien de se plaindre de temps en temps… 😆 Bon, je vais épancher tout ces débordements, moi 😛

      • Je me plains rarement, ou alors, pour des choses nécessaires, mais le plus souvent, je ferme ma gueule alors tu penses bien que quand je l’ouvre et que je rentre dedans, tout le monde est étonné.

      • La dernière fois, j’ai rien dit, c’est une avocate qui a dit, paraît qu’à la direction, il était vert de rage, c’est le chef qui me l’avait dit, en se retenant de rire. Namhého !

      • Cela me fait toujours sourire quand parfois le silence est aussi dévastateur qu’une bonne crise! Le problème avec les femmes, c’est que si tu gueules, on te traite d’hystérique, si tu parles calmement, on ne te prends pas au sérieux! Donc faut toujours trouver le ton juste… perso, beaucoup passe dans le regard et quelques rafales de mitraillette verbale bien glaciales… ça marche quasiment à tous les coups! ^_^

      • Oui, si tu te défends ou si tu gueules, tu es mal baisée, tu aurais besoin que ton homme te remette dans le droit chemin, tu as tes clopes,… et si tu fermes ta gueule, tu es une femme facile.

        Vaut mieux que je m’énerves un coup, après, c’est terminé, on en parle plus, mais si je ne dis rien et que je ronge mon frein, alors, c’est que j’affûte le poignard pour le foutre dans le dos.

      • Pas forcément dans le dos, tu rates la tête du type! Un bon direct du droit ou du gauche, ça le fait aussi! ^_^

      • Vises pas tes pieds, hein, mais celui dont tu veux te débarrasser !! Je suis pas maladroite, je sais tirer, mais niveau « super bien viser » mon père est champion, lui !

      • Oooh je me suis mal exprimée! Je suis maladroite dans le sens où j’ai tendance à atteindre les humains, je ne ferais jamais de mal à un animal voyons! 😉 Je suis certainement rouillée mais fût un temps où je n’étais pas ridicule au tir! ^_^ Tu dois avoir hériter de certaines prédispositions de ton papa alors! 😉

      • Je tirais sur des pigeons, mais d’argile ! Mon père se fait les pies qui enquiquinent tout les oiseaux du coin, quand ces pouffiasses sont là, plus aucun oiseau ne chante, j’aime mieux les corbeaux que les pies.

        Mon épaule me faisait hyper mal !! Sans doute ai-je hérité de ses talents aux tirs en plus des prédispositions du père de mon père à l’écriture.

        Je récupérerai la carabine de braconnage de mon papy (le père de ma mère), elle est pour moi, je le sais. Mon père n’a jamais voulu rendre ses carabines quand des enculés au gouvernement ont pris cette décision, pour diminuer le nombre de cambriolages (comme si les malfrats ne savaient pas où en trouver, même moi je sais où je peux acheter des révolvers aux numéros illisibles). Hé, mon père va pas aller foutre au pilon la carabine de son père !!! Namhého !

      • Sur cibles en papier, en stand… armes à feux mais aussi tir à l’arc! Avant d’apprivoiser le recul, c’est clair que les épaules et tout le bras en prennent un coup! 🙂 Ooohhh des fois le gouvernement devrait essayer de résoudre les vrais problèmes au lieu de nous faire chier! 😮 Tu trouves une Kalach pour quelques euros dans les rues de Marseille! 😮 Grrr…

      • Bien entendu, mais eux, ils exigeait que tu rendes des objets qui t’appartenaient en bien propre et que tu avais acquis légalement par achat ou héritage, ce qui anticonstitutionnel ! Mais ça fait longtemps qu’ils se torchent avec. Tout ça parce qu’un connard de jeune flamand avait tiré sur des gens, tuant une enfant, sa nounou et blessant une autre personne. Ils n’ont pas rappelé les couteaux de cuisine quand un autre zinzin a planté du couteau dans des gosses, dans une crèche. Si ça avait été un étranger, mamma mia !!!

        Oui, c’est le recul qui fait le plus mal !! L’arc, essayé mais pas arrivé 😉

      • Du porte-nawak, des décisions à l’emporte-pièce, prisent dans l’émotion du moment. Alors que les Nordiens (Norvège, Finlande,….) nous montrent toujours l’exemple de ne jamais prendre de décision dans l’émotion. Ils attendent que ça passe, eux !

      • Et ils ont bien raison! Sans être une experte, j’aime beaucoup ce qui se fait dans le Grand Nord! ^_^

      • Moi aussi, ils n’ont pas toujours raison, ni des trucs super, mais je trouve que réfléchir et prendre son temps n’est pas du temps perdu, que du contraire !

  1. Hello,
    Je viens de tomber sur ton article, en recherchant des avis sur ce livre…
    Je viens de finir le livre et cest mon premier Levy.
    Je suis fan de Musso (même si certains de ces livres sont mieux que d’autres, comme tout écrivain), et on m’a souvent dit que Musso et Lévy avait le meme « style » d’écriture. Donc j’ai voulu voir ce que donnait les romans de Marc Lévy.
    Et franchement… je me suis ennuyée pendant les 3/4 du bouquin… j’ai bien aimé la fin, même si tu dis qu’il y a des choses qui paraisse peut réaliste, j’ai trouvé la fin intéressante.
    Mais avant le voyage en Corée… j’ai trouvé qu’il ne se passait vraiment rien, ou alors des choses trop prévisibles.
    Alors je reste sur ma faim concernant M.Levy. Je vais en lire un autre en espérant que ce soit le seul que je trouve ennuyant.
    Tu dis que tu préférais les anciens. Je vais essayer d’en lire un plus ancien alors…

    • Hello solenelzn! En effet, les premiers de Levy étaient sympas! Au début, pour moi, Levy et Musso se valaient, je les lisais l’un et l’autre avec autant de plaisir! Mais avec le succès, l’un (Levy) a pris la grosse tête et a commencé à bacler ses romans alors que l’autre (Musso) n’a jamais cessé de progresser! Alors tu as raison, certains romans de Musso sont moins bons, mais il ne m’a jamais totalement déçue! Et sa plume évolue vers du thriller donc Musso, je continue de le suivre avec intérêt! ^_^ Par contre Levy… c’est davantage comme une vieille habitude dont on n’arrive pas à se défaire! Je te conseille son tout premier Et si c’était vrai. Mais pour les autres, je ne m’engage pas! ^_^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s