Kolyma – Tom Rob Smith

Tom Rob Smith - Kolyma

Tom Rob Smith – Kolyma (2010)

4ème de couv’…

1956.
La mort du « petit père des peuples » a plongé le pays dans le chaos.

Tandis que Kroutchev entreprend sa politique de déstalinisation, les langues se délient: le temps est venu de régler ses comptes.

Ex-agent zélé du MGB, Leo Demidov, aujourd’hui repenti, est à la tête d’un département de criminologie.
Avec sa femme Raïssa, il a adopté deux fillettes, mais l’aînée, Zoya, hait ce père de substitution. Et elle n’est pas la seule…

Car, dans l’ombre, quelqu’un attend son heure, une femme que la colère et le sentiment d’injustice ont rendue ivre de vengeance.

Pour sauver les siens, Leo n’aura bientôt plus d’autre choix que de se jeter dans la gueule du loup: le terrifiant goulag de Kolyma…

Mon ressenti de lecture…

Avec Enfant 44, nous avions laissé Leo et Raïssa aux portes de l’orphelinat.
Aujourd’hui, Zoya a 14 ans et Elena en a 7. Leo se sent toujours coupable de l’exécution sommaire de leurs parents alors qu’il étant agent du MGB et ce n’est certainement pas l’attitude volontairement hostile de Zoya qui facilite sa rédemption en qualité de père adoptif…

Et même si Leo n’a plus rien à voir avec la police secrète, son passé va lui aussi le poursuivre…
Les jours heureux ne sont pas pour maintenant quand une vengeance est en route…

Alors que Leo doit enquêter sur le suicide d’anciens pontes du Parti, visés personnellement par un rapport secret sur les excès du régime de Staline, photos de victimes à l’appui, il est lui aussi l’objet d’un règlement de compte. Il doit à nouveau faire face à son passé, l’assumer, tenter d’expier… alors même que sa famille est en danger.

L’auteur continue de me bluffer dans sa manière de recréer le climat historique de l’URSS: Staline n’est plus, Khrouthchev s’impose et renie son prédécesseur avec son célèbre rapport de 1956, censé rester secret mais qui est rapidement divulgué dans le pays comme à l’extérieur.
Si le culte de la personnalité de Staline est dénoncé, si le fondement même des principes du marxisme-léninisme n’est pas remis en cause, tout comme la politique générale russe, les déportations massives, les arrestations arbitraires sont révélées et condamnées.
La déstalinisation est une période de transition dangereuse pour les anciens cadres afin de se faire accepter du nouveau dirigeant, créant ainsi un chaos latent. Chacun est sur un siège éjectable et le lecteur se régale de ce malaise après l’oppression tyrannique désespérante abordée dans le premier opus.

J’ai trouvé l’ambiance moins lourde et anxiogène que dans son premier roman. Avec Enfant 44, le microcosme soviétique était basée sur la dictature et la terreur en huis clos… si on peut parler de huis clos avec les quelques 22 millions de km² de superficie de l’URSS.
Nous étions sur de l’humain… alors qu’avec Kolyma, l’auteur s’est davantage appuyé sur la géo-politique.

Je dois ajouter que le choc culturel et émotionnel a eu lieu avec Enfant 44 donc il a été intégré, maîtrisé et digéré… Le lecteur est maintenant en terrain connu!

Nous sommes en pleine guerre froide, avec la rébellion de certains bastions communistes de l’est,  sous contrôle soviétique. Donc les services secrets, la dissidence, l’espionnage entrent en jeu dans ce deuxième roman. L’auteur nous emmène même en Hongrie pour l’insurrection de Budapest en 1956 en des scènes remarquablement fidèles et documentées.

Le « voyage » de Leo pour atteindre Magadan, capitale du plus grand système concentrationnaire du XXème siècle, à bord d’un bateau d’esclaves est presque inimaginable et insoutenable, mais malheureusement inspiré de faits réels.

Le passage de Léo dans un des tristement célèbres goulags de la Kolyma, où les « ennemis du peuple » arrivaient en masse, est l’occasion de décrire l’horreur et la barbarie de ces camps de « réhabilitation par le travail », les conditions non pas de vie mais de survie dans le pays de la « mort blanche » au milieu de la pègre ultra-violente des condamnés de droit commun.

J’ai adoré cette évolution logique de l’histoire de Leo vers davantage de politique et d’ouverture vers l’extérieur. Au travers de ce personnage, la fan d’Histoire que je suis s’est délectée: nous sommes dans un roman historique et non plus un thriller.

L’aspect humain perdure tout de même!
Avec Zoya, nous sommes au sein de la famille recomposée avec une jeune fille en pleine adolescence, manipulable, emplie de haine, fougueuse, inconsciente de la portée de ses engagements et actes.
Le couple de Leo et Raïssa reste fragile et touchant, malmené par les différents d’avec leur fille aînée et les attaques d’une main vengeresse.
D’anciens tortionnaires sous Staline connaissent à leur tour la peur, se retrouvent face à leurs responsabilités et leur conscience, assumée ou niée. L’occasion de tester la fameuse excuse: « Je n’ai fait qu’obéir aux ordres »…
Avec les personnages de Lazare, ayant connu les atrocités du goulag, et de sa compagne, Fraera, c’est la vengeance aveugle qui s’affirme. Vouloir frapper le plus de monde possible, sans état d’âme, et en premier lieu ceux qu’ils estiment responsables de leurs souffrances.

Kolyma est différent d’Enfant 44 mais toujours aussi intense de part son dépaysement, son contexte historique et l’implication de Leo dans la marche de son pays.

Deuxième tome et un autre petit pas vers l’ouverture de l’URSS au monde. Mais le bonheur et la liberté auront du mal à émerger avec l’arrivée de… l’Agent 6.

Citations…

« Je n’ai pas eu le choix.
Des milliers d’innocents étaient morts à cause de cette phrase, pas sous les balles, mais au nom d’une logique perverse et de savant calculs. »

« Elle saisissait la moindre occasion de lui rappeler qu’elle vivait sous son toit par commodité, qu’il n’était qu’un moyen au service d’une fin (…). »

« Aussi maussade que belle, rien ne semblait pouvoir l’adoucir. Elle mettait un point d’honneur à afficher un mécontentement permanent. »

« Trente dénonciations sur toute une vie, c’était peu. (…) Il aurait dû prier pour eux chaque soir. Au lieu de quoi il les avait laissé glisser de sa mémoire comme la pluie sur une vitre. Il avait trouvé plus facile d’oublier que de demander pardon. »

« Autour de lui, tels mille miroirs brisés, la foi en l’espèce humaine volait en éclats. »

Note: 4/5

Blog Note 4

Publicités

3 réflexions au sujet de « Kolyma – Tom Rob Smith »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s