Quoi qu’il arrive – Laura Barnett

Laura Barnett - Quoi qu'il arrive (2016)

Laura Barnett – Quoi qu’il arrive (2016)

4ème de couv’…

En 1958, Eva a dix-neuf ans, elle est étudiante à l’université de Cambridge et amoureuse de David, un acteur follement ambitieux. En chemin pour un cours, son vélo roule sur un clou. Un homme, Jim, assiste à la scène. Que va-t-il se passer? Ce moment sera déterminant pour leur avenir commun.

Un point de départ, trois versions possibles de leur histoire: le roman suit les différents chemins que les vies de Jim et d’Eva pourraient prendre après cette première rencontre.

Des vies faites de passion, de trahisons, d’ambition et sous-tendues par un lien si puissant qu’il se renforce au fil du temps. Car, quoi qu’il arrive, Eva et Jim vivront une magnifique histoire d’amour.

Mon ressenti de lecture…

Dans le cadre du Prix Relay Voyageurs-Lecteurs, je remercie Babelio et les Éditions Les Escales pour l’envoi de ce roman!

Une même situation de départ et trois destins possibles pour Eva, Jim et David…
Qui ne s’est jamais demandé ce que serait sa vie si, à un moment donné, on avait pris une décision différente? C’est l’intéressant postulat de départ de ce roman.

Eva est à Cambridge, sur son vélo, en 1958. De là, il y a la version 1, 2 et 3 du tournant que prendra sa vie jusqu’en 2014.

Je salue la performance de jongler entre trois histoires, s’entremêlant, se rejoignant parfois, divergeant souvent, et de mener à bien l’évolution, le parcours et le destin de chacun…
A construction atypique, lecture originale…
Mais l’alternance des versions n’étant pas régulière, bonjour la gymnastique du lecteur pour s’y retrouver dans ces histoires racontées en pointillées, en fonction des époques. Surtout quand on arrive à l’automne de la vie des personnages et que se greffent des petits-enfants, des compagnes, des ex… La généalogie devient un peu brouillonne et peu fouillée, ne sert qu’à étoffer l’existence de nos personnages principaux pour donner encore un peu de vie… J’avoue avoir un peu lâché prise dans le dernier tiers du bouquin.

Le concept était intéressant, une certaine morale ou philosophie en ressort: ne jamais regretter son passé car un autre chemin n’offrait pas une garantie meilleure que dans nos fantasmes… qu’une occasion manquée peut décider irrévocablement de notre futur… que le moindre choix, la moindre petite décision nous oriente vers un chemin différent… mais qu’au bout du compte, il n’existe pas de voie royale, que chaque destin est nourri de faux pas, d’erreurs, de souffrances, de joie et d’amour… que chaque vie mérite d’être vécue même si certains rendez-vous ne seront jamais honorés?

Mais je dois bien avouer que j’ai plus apprécié cette lecture pour le questionnement qu’elle provoque en nous que pour l’histoire d’amour sous trois versions différentes qui manque, à mon sens, cruellement de passion et d’émotions!
C’est pourtant un roman profondément humain, qui explore principalement la psyché de Jim et Eva, rend fragile les sentiments selon les circonstances, l’évolution du cœur en fonction de l’esprit et des événements, privilégie la raison ou l’amour.
Je regrette simplement que l’alchimie du grand Amour n’ait pas eu d’effet sur moi, je n’ai pas ressenti la force et l’émotion des sentiments entre Jim et Eva. Ce n’était pas suffisamment fort pour que je les appréhende comme des acteurs véritables de leurs destins…

J’ai plus été sensible par l’évolution personnelle des protagonistes, leurs envies, leurs doutes et la raison de leurs choix.
Notamment parce qu’Eva, Jim et David sont des artistes et que l’auteur développe énormément leurs états d’âmes de créateurs.
Jim peint, Eva écrit, David occupe le devant de la scène théâtrale et cinématographique.
Leur art joue un rôle très important dans le cheminement des personnages et des couples, en fonction de leurs succès, de leurs échecs, de leurs pannes d’inspiration, de leur travail, de ce qu’ils décident de partager… Et pour le coup, on ne parle plus de destin amoureux mais bien d’accomplissement de soi, de frustrations, de rancœurs, d’éloignement, de trahisons et d’infidélités, voire de dépression.
Le mécanisme de création artistique est très finement analysé et transposé à chacune des personnalités, selon que nous parlons d’une femme, mère de famille, d’un homme égocentrique ou d’un compagnon aimant…
L’impact de l’art sur son créateur, sur son bonheur, son épanouissement prend le pas sur tout le reste, parfois même sur la félicité conjugale…

Si j’ai adoré parcourir plusieurs vies auprès de Jim et d’Eva, mon avis reste mitigé après cette lecture parce qu’à la dernière page, la saveur résiduelle reste bien amère tout de même…

Citations…

« C’est étrange de voir à quel point un enterrement réclame d’être sociable, alors que c’est évidemment la dernière chose que l’on a envie de faire. »

« C’est ça la vie de couple, non? Prendre les roses avec les épines. Du moins c’est comme ça que ça devrait être. »

« Peut-être est-ce toujours ainsi que l’amour se présente, écrivit-elle dans son journal, dans cet imperceptible glissement du familier à l’intime. »

« Tu as construit une cage autour de toi, mon amour. Tu crois qu’il est impossible d’en sortir. Il suffit que tu ouvres la porte. »

« Il attend un instant avant d’ouvrir la porte de l’atelier, les yeux baissés sur la plage, submergé par un bonheur déconcertant; et il le savoure, l’absorbe, parce qu’il est assez vieux maintenant pour prendre le bonheur tel qu’il est: bref et volatil, non un état vers lequel tendre, qu’il faut rechercher pour s’y installer, mais qu’il faut saisir au vol et retenir le plus longtemps possible. »

« Il est allé contre la loi naturelle des choses, cette loi qui affirme que l’occasion d’atteindre le bonheur ne se présente qu’une seule fois, avec une seule personne, et que si on la laisse passer, elle ne se représente jamais. »

« Mais la vie est faite pour les vivants, non? Il faut trouver le moyen de continuer. »

Note: 3/5

Blog Note 3

 

Publicités

2 réflexions au sujet de « Quoi qu’il arrive – Laura Barnett »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s