Quatre garçons dans la nuit – Val McDermid

513qvLH0HGL._SX308_BO1,204,203,200_4ème de couv’…

St Andrews, un coin paisible d’Ecosse.

Cette nuit-là, pourtant, un cadavre atrocement mutilé y est découvert par une bande d’étudiants éméchés: celui de Rosie, barmaid.

Instantanément dégrisés, les jeunes gens alertent la police. Sans se douter que tout les accable: chacun d’eux n’avait-il pas un motif secret d’en vouloir à une fille aussi séduisante?

Faute de preuve, ils restent libres. Sauf que les frères de la victime, eux, sont bien décidés à les faire payer.

Et le temps n’y changera rien, même si, trente ans plus tard, de nouvelles techniques d’investigation permettent d’espérer que la justice aura enfin le dernier mot.

Une seule solution: mener l’enquête soi-même. Quitte à affronter la folie d’un tueur.

Mon ressenti de lecture…

Quoi de plus jouissif que de retrouver son lit, même dans une minuscule chambre d’université, après une soirée de beuverie entre potes?

C’est ce à quoi aspirent Ziggy, Mondo, Weird et Gilly… Il leur faut juste traverser une partie de la ville enneigée et bonjour Morphée!

Nous sommes dans les années 70-80. Décembre. Juste avant les fêtes de Noël.

Et Rosie Duff est malencontreusement sur leur chemin.

L’avenir de chacun bascule en cette nuit froide et silencieuse.

Rosie est mourante… Elle a été violée et poignardée…

De témoins, les quatre étudiants se retrouvent les principaux suspects. A défaut d’avoir un coupable idéal.

Et le doute sur leur innocence les poursuivra durant toute leur vie.

Certains y perdront la vie.

Leur amitié affrontera les tempêtes.

Et au bout de près de 20 ans, enfin, le nom du coupable est révélé…

Merci à Sand pour la découverte de cet auteur. J’ai plusieurs de ses livres dans ma PAL mais il m’aura fallu un petit coup de pouce pour franchir le pas!

Et je ne le regrette pas.

Nous sommes en Ecosse, avec quelques petites piques glissées contre les anglais, apparentes dans les rapports entre les étudiants de cette université.

Nous sommes dans les années fin 70, sur fond de musique, drogues, fêtes et excès… Surtout quand les vacances de fin d’année s’annoncent. C’est l’insouciance de la jeunesse, les bêtises irréfléchies, la recherche du fun et l’ignorance des responsabilités.

J’ai adoré la douche froide opérée par l’auteur lorsque ces quatre jeunes se retrouvent malmenés sur le devant de la scène alors qu’ils avaient spontanément et simplement chercher à sauver une jeune fille en détresse…

Et là, une soirée qui ne devait être tâchée que de quelques nausées et maux de tête dégénère en horreur… du sang sur la neige immaculée… le dernier souffle de Rosie.

Et là, leurs petits travers, propres à tous les jeunes sains et normaux, deviennent suspects. Le rouage policier est en marche. Bête et méchant. Sans égard pour les conséquences que cela peut engendrer sur les vies de ceux qu’on harcèle par commodité.

Et des vies vont être bouleversées durablement, une amitié sera écornée, la joie s’éteindra dans les yeux de certains, tout comme la vie.

L’intrigue est simple mais prenante. On vibre devant l’injustice, le tort causé à ces jeunes, l’incompétence et l’inertie de la police, la colère des proches de Rosie, leur cruauté, l’intolérance ignorante de leurs camarades.

Le manque d’indices nous agace, le sort qui s’acharne aussi.

Et si ces quatre garçons arrivent tout de même à se construire une vie somme toute équilibrée, ils restent hantés par ce meurtre non élucidé et leurs rapports se sont distendus. Jusqu’à ce que l’un d’entre eux meurt et puis un autre…

J’ai apprécié ces quatre jeunes hommes au caractère différent, avec chacun leurs petites faiblesses, unis dans une amitié saine et solide, avec leur attitude bravache et insolente qui se heurte aux obstacles d’une réalité d’adultes qui n’a rien d’idéale.

Ils savent s’amuser mais ont la tête sur les épaules, appréhendent très vite que leur geste premier les a plongés dans une situation glauque et inextricable.

Même si je me suis doutée de l’identité du coupable assez rapidement, je me suis prise au jeu, envisager ce qui pouvait condamner l’un, innocenter l’autre, traquer LE détail qui confondrait le véritable meurtrier!

L’arrivée tardive et logique d’un nouveau personnage brouille formidablement les pistes et explore les troubles méandres de la volonté de vengeance.

Val McDermid nous entraîne dans l’univers des apparences, des médisances, des diffamations gratuites, de celles qui détruisent des vies plus sûrement que la mort.

Le rythme un peu lent se mêle à l’ambiance angoissante pour augmenter la tension du lecteur jusqu’à ce que les fils de l’histoire se démêlent enfin dans une dernière partie plus axée sur l’action.

Une écriture fluide, agréable et hop… près de 500 pages défilent à toute vitesse!

Un régal!

Citations…

« Malkiewicz sera son fils contre lui, la peur battant des ailes dans sa poitrine comme un papillon. L’amour, pensa-t-il, est une chose terrible. »

« Les comprimés qu’on lui avait prescrits n’avaient pas chassé la douleur, ils l’avaient juste mise hors de portée, la changeant en un objet de contemplation plus qu’en sensation réelle. »

« Il avait envie de délicatesse et de sentiment. De quelqu’un avec qui partager une intimité allant au-delà des simples frottements d’épiderme. D’un petit ami, d’un amant, d’un compagnon. »

« Ne pas s’opposer à l’intolérance des extrémistes, c’était leur fournir un soutien tacite. Pour que le mal triomphe, il suffit que les braves gens ne lèvent pas le petit doigt. »

« Comme nous avons vite fait de remonter le temps lorsque, arrachés à notre vie quotidienne, nous nous retrouvons en présence de ceux qui ont façonné notre passé (…) »

« (…) tous pour un et un pour tous. Ce qui ne signifie pas fermer les yeux sur nos défauts mutuels, mais se faire confiance. Une confiance fondée sur une amitié de longue date. »

« Nous ne nous sommes pas beaucoup vus ces dernières années. Nos vies étaient trop occupées par le présent. Ce qui ne veut pas dire que nous avions tiré un trait sur le passé. »

« Il était difficile de ne pas penser que cette fameuse nuit lui avait en quelque sorte volé un avenir différent. »

Note: 4/5

blognote 45

Publicités

7 réflexions au sujet de « Quatre garçons dans la nuit – Val McDermid »

  1. Au vu de cette belle chronique, je suis enchanté d’avoir contribuer à ton plaisir, de t’avoir un peu forcé la main aussi 😉 . J’aime le principe des vases communicants quand il en ressort des sentiments positifs !!! je ne savais pas si tu connaissais cette auteure, que j’ai bien apprécié à la lecture de certains de ses romans. Contente je suis 😀 Bizouilles

    • C’est enrichissant d’échanger sur nos lectures et ça nous pousse à sortir de nos sentiers battus et des valeurs acquises pour sûres! Cet auteur me titillait depuis un moment mais je repoussais toujours! 🙂 C’est le 1er d’elle… et ça ne sera pas le dernier! 😀 Merci, merci! Bizzzous! 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s