Le plus bel endroit du monde est ici – Francesc Miralles & Care Santos

Francesc Miralles & Care Santos - Le plus bel endroit du monde est ici4ème de couv’…

Iris, âgée de trente-six ans, est bouleversée par la mort de ses parents dans un accident de voiture.
Par un après-midi froid et gris où rien ne semble plus avoir de sens, elle songe à commettre l’irréparable.
Quand soudain, elle découvre un petit café auquel elle n’avait jamais prêté attention. Son nom étrange, Le plus bel endroit du monde est ici, ayant éveillé sa curiosité, elle décide de pousser la porte et d’aller s’asseoir à une table.
Un jeune Italien vient bientôt l’y rejoindre, il se prénomme Luca.
Ensemble, ils commencent à évoquer la vie d’Iris. Pendant six jours d’affilée, ils se retrouvent au même endroit et, progressivement, Iris semble sortir la tête de l’eau. Mais au septième jour, Luca demeure introuvable. Iris comprend qu’elle ne le reverra plus. Ce qu’elle ignore en revanche ce sont les raisons de sa disparition.
Mais une chose est certaine, la semaine qui vient de s’écouler avait quelque chose de magique…
Au sens propre du terme.

Mon ressenti de lecture…

Iris est seule et solitaire.

Sous le crâne, ce n’est pas très mignon et fleuri.

Il y fait noir et froid.

Un jeune enfant facétieux, Angel, par une petite blague, l’empêche pourtant de commettre l’irréparable…

Elle se réfugie dans un café sans prétentieux, interpellée par son enseigne: Le plus bel endroit du monde est ici.

Une rencontre avec un mystérieux inconnu, des mots qui la touchent, un barman magicien et des tables aux pouvoirs étranges.

6 jours.

6 jours et sa vie va basculer.

La promesse du bonheur sera-t-elle au rendez-vous?

A peu près 200 pages… Lues entre deux tasses de chocolat chaud, le temps s’y étant merveilleusement prêté malgré l’été.

Un clin d’oeil et un merci à Sandrine, grâce à qui j’ai ouvert les pages de ce roman dont le style est trèèèès éloigné de mes lectures habituelles!

Merci Sandrine, je ne regrette pas une seule seconde!

Mais revenons dans ce café au nom étrange: Le plus bel endroit au monde est ici.

Un conte de fée moderne pour un message simple et efficace: sortez le nez de votre triste nombril, la vie peut être belle et magique!

Une bouffée d’oxygène au milieu d’un brouillard de sinistrose ambiant!

Tout peut être sombre aujourd’hui, mais une tasse de chocolat chaud plus tard, un brin de magie, quelques mots bien pesés, le sourire d’un enfant, le jappement d’un chien et l’horizon s’éclaire.

C’est un roman bourré de bons sentiments qui fera grincer les dents des plus cyniques ou des plus blasés. Des bons sentiments certes, mais qui sonnent tellement juste aux oreilles de ceux qui ont connu la souffrance ou la déprime.

Le ton est juste, le temps est important, la symphonie en est une philosophie de bon sens et de cœur: solder les comptes des souvenirs et des regrets, vivre en accord avec soi-même et son passé, vivre au présent pour ne pas laisser échapper l’avenir, ne pas fermer les portes de son cœur et de son esprit.

Dans l’existence, rien n’est joué d’avance, il suffit d’une rencontre, d’un geste, d’une attention, d’un don d’amour et de soi.

Le personnage de cette histoire, Iris, est fragile. Jusque là elle se contentait d’exister entre sa famille et un travail pas très folichon.

Paralysée par la peur de réellement vivre et prendre des risques. Quand elle se retrouve brutalement sans famille, sans béquille, elle n’a plus rien pour la sécuriser.

Elle préfère le néant.

Mais les petits anges gardiens du quotidien ne l’entendent pas de cette oreille.

Car ce conte nous parle aussi de tous ces petits détails, ces petits événements d’une vie que l’on nomme « hasards » ou « coïncidences », ces petites choses anodines en travers de notre route pour nous guider vers un meilleur lendemain pour peu qu’on ne les ignore pas.

C’est la magie de la vie, la cicatrisation de nos blessures par le travail que l’on effectue sur soi.

C’est une belle histoire de ceux qui ne sont plus mais qui ont pu partir en paix, de ceux qui restent mais qui peuvent regarder devant eux avec sérénité et douceur.

Les larmes sont partie intégrante de la vie mais elles n’ont d’importance que lorsque nos rires leur font écho.

Adopter un animal, s’occuper d’une autre personne que soi, arrêter son regard sur celui qui vous entoure de son affection, boire quelques verres avec celle qui vous ressemble tant quelque part… Ne pas s’enfermer dans cette solitude mortifère qui transforme un simple nuage gris en une tempête cataclysmique!

J’ai énormément apprécié cette lecture qui mêle un brin de fantastique, de magie, d’amour et d’amitié, mais pas seulement. C’est un joli conte mais c’est avant tout une belle philosophie de vie, un message de paix intérieure et d’espoir…

Du bonheur en pages!

Et si le plus bel endroit du monde est ici, n’est-ce pas parce que vous y êtes?

Citations…

« Quand nous enterrons les moments de bonheur, nous renonçons au meilleur de nous-mêmes. Il y a beaucoup de choses qu’on peut jeter par-dessus bord, mais pas ces moments-là. »

« Penser, c’est s’extraire du présent pour aller pêcher dans les eaux du passé ou du futur. Pourtant, l’expérience s’inscrit toujours dans le présent. »

« N’oublie jamais ceci: tout sentiment a son pendant.
Se sentir malheureux prouve que l’on est capable de se réjouir.
C’est une bonne nouvelle.
Quand tu es seul, tu te rends compte à quel point, tu serais bien en compagnie de quelqu’un.
C’est une bonne nouvelle.
II te faut souffrir pour apprécier le bonheur de n’avoir mal nulle part.
C’est une bonne nouvelle.
Voilà pourquoi il ne faut jamais craindre la tristesse, ni Ia solitude, ni Ia douleur car elles sont Ia preuve que la joie, l’amour et la sérénité existent.
Ce sont de bonnes nouvelles. »

« Au lieu de te lamenter que cela soit terminé, réjouis-toi que cela soit arrivé. »

« On ne peut comprendre la vie qu’en regardant en arrière, mais on ne peut la vivre qu’en regardant vers l’avant. »

« (…) le bonheur: on ne peut le ressentir dans toute son intensité que lorsqu’on est déjà tombé très bas ou monté très haut, pour la bonne raison qu’il s’agit d’un jeu de contrastes. Ceux qui nagent toujours dans le spectre moyen des émotions ne connaîtront jamais l’essence de la vie. Voilà l’enseignement du puits: il faut parfois toucher le fond pour saisir l’immensité du ciel. »

« Il nous est à jamais interdit de sourire dans les lieux où nous avons été trop malheureux. »

« Abandonne le passé et le présent démarrera. »

« C’est ce qui se produit avec le passé: il est partout, mais il n’est pas visible. Voilà pourquoi il n’est pas facile de s’en défaire. Nous sommes comme un navire immobilisé par son ancre mouillée dans des profondeurs. Ce qui ne veut pas dire que nous ne soyons pas capables de la lever pour reprendre la route. »

« Un ange, c’est celui qui t’empêche de chuter en t’apprenant à voler. »

« La plume à droite
Le cœur à gauche
Et toi partout »

« Tu es un bol rempli de riz blanc. Quelque chose indispensable, de simple mais nourrissant. Ni trop lourd ni trop léger. Précieux par sa nature même, car il a la faculté de s’imprégner de tous les goûts de la vie. »

« On est toujours entouré de fantômes. L’important, c’est d’apprendre à vivre en bonne entente avec eux. »

« Pour notre fille, le bonheur a toujours ressemblé à un oiseau. Elle a peur de l’effrayer et de le voir s’envoler. »

« Le nom d’un magicien importe peu. Le tout est que son spectacle vaille la peine. C’est ce que le public retient. Quant à nous on se contente des applaudissements. »

« Ne pleure pas parce que les choses sont terminées; souris parce qu’elles ont existé. L.E. Bourdakian »

« Ceux qui partent sans dire au revoir ne partent jamais tout à fait (…) Et pour être heureux, il faut laisser partir les morts et retenir les vivants (…) »

Note: 4/5

blognote 45

Publicités

6 réflexions au sujet de « Le plus bel endroit du monde est ici – Francesc Miralles & Care Santos »

  1. Quand je lis ta chronique, je suis aux anges, de voir que tu as ressenti tout ce qui est délivré dans ce tout petit roman, mais si riche d’enseignement, de philosophie, de vie, d’ouverture d’esprit et surtout du choix de vivre en regardant devant soi avec espoir et derrière avec une tendresse infinie !!!! En s’attachant aux autres et non à soi-même . Sachant que ce n’était pas trop ce que tu as l’habitude de lire, c’était un petit challenge me concernant et au final , je ne suis absolument pas surprise qu’il t’ai plu, pour toutes les raisons que tu cites, tu en parle merveilleusement bien !!!!
    Gros bisous

    • Pfff… ton com’ me fait énormément plaisir! Il y a tant de romans qui ont la prétention de délivrer de merveilleux messages mais qui sonnent creux et faux! Des déceptions livresques m’ont éloignée de ce style de littérature mais de temps en temps, j’ai la chance de lire de très touchantes histoires qui me prennent aux tripes! Si tu as d’autres conseils de ce style, je suis preneuse!
      Merci toi et gros bizzzous! 😀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s