Apocalypsis – Tome 5: Oméga – Eli Esseriam

Eli Esseriam - Apocalypsis - Tome 5 - Oméga4ème de couv’…

L’Oméga.

La fin.

L’Apocalypse.

Alice, Edo, Maximilian et Elias doivent enfin affronter leur destin, ensemble. Tandis que l’heure du choix approche, les quatre Cavaliers sont pris dans un tourbillon de révélations qui mettra à mal toutes leurs convictions.

Que sont les ténèbres, quelle est la lumière?

Ils devront cependant oublier leurs doutes, car leur mission est simple: détruire l’humanité, et n’épargner que 144.000 âmes.

En seront-ils capables?

Mon ressenti de lecture…

Dernier volet des aventures des 4 cavaliers de l’Apocalypse, 4 jeunes ados aux parcours si différents mais tendant vers la même finalité: la fin du Monde…

Au lieu de me lancer dans un ressenti global qui ne peut être que tiède, vous verrez plus loin pourquoi je préfère jouer franc jeu. Il y a eu opposition entre mes attentes de lecteur et la démarche de l’auteur.

Je reste encore dubitative sur ce tome. Pourquoi? Je m’explique…

4 tomes à présenter 4 jeunes dont l’existence est légitimée, voire conditionnée, par leur but: provoquer la fin du Monde.

Le 5ème tome devait être, à mon sens, une certaine apothéose marquée par la réunion de ces personnalités si atypiques aux pouvoirs exceptionnels. Une révélation enfin publique après toutes ces années dans l’ombre à essayer de maîtriser leurs capacités, un impact sur les foules, une prise de conscience de l’humanité. Je m’attendais à du grand spectacle quoi, faut bien le dire.

Or, sans spoiler de trop, ce ne fut pas le cas.

Dans presque la moitié de ce roman, c’est une genèse de ces 4 vies, reprendre les intervenants qui furent à un moment ou à un autre importants dans leur vie, les rassembler et rattacher les liens des uns aux autres. Dépoussiérer une cohérence semée au fil des 4 premiers tomes.

Ce n’est que la dernière moitié du livre qui dévoile le tournant du Monde, en une alternative inattendue puisant davantage dans une philosophie d’idées que dans les faits caractéristiques d’une fin du Monde tel que l’imaginaire collectif peut l’appréhender.

Pour ma part, même si la porte ouverte par l’auteur est une théorie logique et raisonnable mêlée des croyances d’un héritage catholique né avec Adam, Eve, Dieu et Lucifer; riche de réflexions et intéressante d’un point de vue intellectuel, cette porte n’ouvre pas sur ce que j’attendais. D’où une certaine déception tenace, même longtemps après avoir refermer ce livre. Un sentiment tenace d’inachevé…

Toutefois, je suis restée sous le charme de la qualité d’écriture de cet auteur!

J’ai lu et relu et relu avec délectation certains passages qui remuent les tripes et parlent au cœur et à l’âme!

Pour la plupart de mes lectures, je n’ai pas d’attentes particulières, je me laisse porter par les choix de l’auteur, les retournements des intrigues. Mais dans ce cas présent, je n’ai pas adhéré, malgré toute ma bonne volonté. L’Apocalypse manque à l’appel…

Mais il ne faut surtout pas que mon avis, par essence subjectif, vous empêche de découvrir cette saga car sa lecture est exceptionnelle!

C’est une très belle découverte que cet auteur et je suis très curieuse de découvrir ses futurs romans!

Citations…

« J’aimerais bénéficier d’un conseil d’Atlas, savoir quel était son secret pour parvenir à supporter le poids de la Terre sur ses épaules. Il me dirait peut-être qu’à chaque jour suffit sa peine. Qu’une après l’autre, mises bout à bout, ces journées composent des mois, puis des années. Elles s’imbriquent pour former un avenir. Elles deviennent une continuité. Elles construisent une suite. Oui, une suite et pas un recommencement. La nuance peut paraître subtile mais moi, je fais la distinction. C’est normal: je suis le Maître du Temps. »

« Un père n’est pas celui qui donne la vie, ce serait trop facile. Un père, c’est celui qui donne l’amour. (Denis Lord) »

« Il n’existe pas de mot, d’aucune langue conçue par les Hommes, pour expliquer notre lien. Et mon coeur, ce petit organe anatomique fragile et sanguinolent, ne saura jamais contenir la force, la violence même, de ce que je ressens pour lui. L’amour originel. Une sainte passion. Dès lors, mon unique préoccupation est de le protéger, le préserver. Sa vie compte plus que la mienne et, instinctivement, je sens qu’aucun sacrifice ne sera trop grand, trop douloureux ou inenvisageable. Lui d’abord, le Monde peut bien attendre. »

« Mon monde ne se compose que d’assassins et de cambrioleurs: on tue mon sommeil, on égorge mon repos, on vole le silence et on tente d’étouffer ma raison. »

« On ne va pas mendier sa liberté aux autres. La liberté, il faut la prendre. (Ignazio Silone) »

« Se reposer sur ses acquis, se contenter de ce que l’on a et en jouir avec excès, c’est bon pour les falots, les imbéciles. Les médiocres. »

« La lâcheté, c’est ce qu’il y a de pire chez un homme. Ça le rend carrément indigne de vivre, je trouve. (…) Ils font tout en douce, par derrière: critiquer, agir, manipuler. Un type comme moi, ça tue de face, le regard bien droit planté dans les yeux de sa proie. »

« (…) armez mon bras, assurez ma protection, donnez-moi le regard de l’aigle et la sérénité des eaux. Ou sinon, offrez-moi l’inconscience du fou et l’indifférence du saoulard… »

« Car celui qui aujourd’hui répand son sang avec le mien, sera mon frère. (William Shakespeare) »

« Je suis le roi de l’artifice. Je fais exploser dans le ciel de ma victime des comètes hallucinatoires, des soleils délirants et des éclairs de folie avant de laisser tomber sur ses jours une nuit noire, épaisse et dense, qui ne précède aucune aurore prometteuse. »

« Couper la parole est très impoli. C’est un travers très présent chez la personnalité obtuse, égocentrée et vulgaire. Cette tendance a pour vocation d’affirmer et d’asseoir sa supériorité sur l’interlocuteur, lui signifiant sa condition subalterne et son insignifiance caractéristique (…) »

« Chacun d’entre vous était arrivé au bout de ses peines. C’est à la fois très triste et très beau, comme expression, tu ne trouves pas, Elias? « Arriver au bout de ses peines ». Ça sonne comme un soulagement, une promesse de repos retrouvé, d’espoir de paix. »

« Beaucoup disent que la création divine est une merveille. Un miracle de perfection et d’accomplissement. Personnellement, lorsque j’observe les turpitudes générées par les travers de l’esprit humain, que je constate sa nature infiniment corruptible et souillée, je ne vois là rien de parfait ou d’accompli. »

« La Femme est la Mère, l’amour inconditionnel et le sacrifice de soi. (…) Tout Homme vient d’une femme. Excepté Adam. Excepté Dieu dont on prétend qu’Il n’a pas de sexe mais qu’on appelle « Lui ». Alors, dans cette quête de l’équilibre parfait, il serait peut-être temps d’envisager que le Mal, c’est « Elle ». »

« Je crois qu’il existe parfois un no man’s land affectif, une frontière floue dans notre relation aux autres, où on ne sait plus vraiment ce que l’on ressent. De l’amour, de l’amitié, du dégoût, de la pitié, de l’aversion ou de la rancoeur. Parfois, tout se confond, se mêle, se trouble. On sait juste que l’autre fait partie de notre vie. On ne sait pas bien comment, mais il est devenu un proche. Et sa présence à nos côtés, pour une raison inexplicable, semble évidente. »

« Il ne suffit pas de tuer Belzébuth, Satan ou Lucifer pour que le Mal cesse d’exister. C’est trop tard: il est partout. Regarde autour de toi. »

« (…) je te laisse derrière moi. Je crois que je dois te demander pardon, pour ça. Tout le monde a besoin d’une maman. Même les héros, les présidents, les grands génies. Même toi. Et ça me fait très mal de t’enlever ça. Parce que, quoi qu’on en dise et même si on ne le veut pas, c’est important, une mère. C’est un rempart, un garde-fou, un abri. La seule personne au monde qui puisse t’aimer de façon inconditionnelle et souhaiter ton bonheur au point de sacrifier le sien. »

Citations autour du Tome 1 – Alice

Citations autour du Tome 2 – Edo

Citations autour du Tome 3 – Maximilian

Note: 4/5

blognote 45

Publicités

3 réflexions au sujet de « Apocalypsis – Tome 5: Oméga – Eli Esseriam »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s