Les Brillants – Marcus Sakey

Marcus Sakey - Les Brillants4ème de couv’

Dans le Wyoming, une petite fille perçoit en un clin d’œil les secrets les plus sombres de tout un chacun.

À New York, un homme décrypte les fluctuations des marchés financiers.

À Chicago, une femme maîtrise le don d’invisibilité en sachant d’instinct se placer là où personne ne regarde.

On les appelle les « Brillants ». Depuis les années 1980, 1 % de la population naît avec ces capacités aussi exceptionnelles qu’inexplicables. Nick Cooper est l’un d’eux: agent fédéral, il a un don hors du commun pour traquer les terroristes.

Sa nouvelle cible est l’homme le plus dangereux d’Amérique, un Brillant qui fait couler le sang et tente de provoquer une guerre civile entre surdoués et normaux.

Mais pour l’arrêter, Cooper va devoir remettre en cause tout ce en quoi il croit, quitte à trahir les siens.

Mon ressenti de lecture…

Tout d’abord, merci aux Editions Gallimard et à Babelio pour cette découverte!

Nous sommes dans un monde où 1% de la population est dotée de dons extraordinaires et donc dérangeants.

Ils sont nommés les Brillants ou les « tordus » également.

Et leur sort est lié à un homme, John Smith. Un homme érigé en ennemi public n°1 car c’est un Brillant et un terroriste.

Nick Cooper est un agent fédéral, un agent d’une Agence spécialisée dans la gestion des Brillants, un agent qui ne recule devant rien pour traquer et empêcher de nuire l’ennemi.

Mais Nick, Brillant lui-même, va découvrir que l’Académie chargée d’éduquer les Brillants dès leur plus âge n’est vraiment pas un endroit où il aimerait que sa fille aille.

Il va découvrir que si certains surdoués méritent d’être neutralisés, ce n’est pas le cas de tous et que ceux-ci ne méritent pas le sort qui leur est destiné.

Il va découvrir que le patriotisme de certains est aussi élastique que l’éthique d’autres.

Nick doit mener sa mission à bien mais il doit aussi, et surtout protéger sa famille.

Brillant! Je sais, mais c’est tellement facile! Une lecture à différents niveaux!

On peut amorcer cette lecture comme un simple thriller fantastique. Une lecture agréable où les bons flirtent avec les méchants, dans laquelle les personnages sont tous persuadés de bien faire.

Et il y a une lecture qui titille vos neurones.

Brillant car en introduisant le caractère fantastique dans ce thriller, toute polémique est absente. La minorité ciblée se démarque par des dons extraordinaires: aucune connotation religieuse, politique, culturelle. Donc pas de polémique possible sur quelque chose qui a priori n’existe pas, c’est du fantastique.

Maintenant, réfléchissez 2 secondes… Nous vivons dans un monde actuel de chaos: crises financières, mondialisation, terrorisme, contre-terrorisme, scandales politiques, radicalisation à tout va, exacerbation des haines de tout poil, théories du complot dont on se moque allègrement alors qu’elles travaillent le cerveau de tous ceux qui ne sont pas des moutons, Big Brother de plus en plus puissant et omniprésent, censé exister pour traquer les « méchants » mais qui profite à nos dirigeants pour réduire, surveiller, contrôler les libertés individuelles, le sectarisme galopant, l’endoctrinement par le biais d’une éducation dirigée, la manipulation des masses par les médias, eux-mêmes manipulés par les politiques et les lobbies… etc…

Oui, réfléchissez un instant et prenez le sujet de votre choix… il y a de quoi faire… et transposer le sur cette histoire. Et là, vous verrez tout le talent de cet écrivain à vous faire cogiter sur notre société actuelle alors que cette lecture pourrait se contenter d’être ludique!

Et d’une lecture agréable, vous passez à une lecture passionnante! A un degré forcément moindre, cela m’a fait penser à 1984, de George Orwell.

Nick Cooper centralise tout ce chaos en fait: au début de l’intrigue, il est animé de patriotisme, persuadé de poursuivre une noble cause, pour le bien commun. Il est certain d’être dans la partie blanche de l’échiquier. Et pour arrêter John Smith, le monstrueux terroriste, il va flirter avec l’autre camp, la force noire, et va être tirailler par son besoin de protéger sa famille avant tout.

Il va écouter un autre son de cloche, raisonner, ouvrir les yeux, se remettre en question, douter. Il va être en mesure de lever les voiles des secrets d’alcôve, de voir au delà des vérités étalées sur les écrans. Nick Cooper va ouvrir les yeux pour ne plus jamais les refermer.
Et c’est ce que tout homme devrait faire. Voilà le message de l’auteur, à mon sens…. Un roman pour alerter les consciences, sans donner de leçons.

Une seule chose m’a légèrement dérangée dans ce livre: une pâle réplique du 11 Septembre avec l’attentat de l’Exchange. Mais cela reste symbolique car elle se justifie dans le fait que c’est une référence à tous les attentats meurtriers qui ont toujours justifié certaines guerre de représailles et donné lieu à des mesures légales d’urgence assises sur les émotions suscitées dans les peuples. Mesures discutables et discutées qui remettent toujours, au final, en cause la légitimité des actions des dirigeants de tout bord.

L’auteur nous rappelle ainsi que le passé est destiné à se répéter: de l’étoile jaune, nous pourrions demain être micro-pucer pour X raisons qu’on nous présenterait comme valable mais qui dissimuleraient des buts non avouables…

La différence dérange, la différence fait peur: au lieu de la comprendre, de l’accepter et de cohabiter, l’être humain a de tout temps voulu la contrôler, la maîtriser, l’exploiter ou l’éradiquer. Seule la manière change avec les époques, mais le mobile reste le même…

Les Brillants arriveront-ils à faire changer les choses? Pour une fois?

Cette découverte est un gros coup de cœur pour moi, parce qu’un subtil mélange entre un excellent roman d’action bien ficelé et rythmé et un bon creuset de réflexion.

C’était le 1er tome d’une trilogie annoncée… Il est inutile d’ajouter que je vais attendre avec impatience le Tome 2, prévu pour 2016!

Citations…

« Peu importe la délicatesse avec laquelle on jette une pierre dans l’eau. Il y a toujours des vagues. »

« J’apporte mon aide parce que c’est la chose juste à faire. Les Brillants sont des êtres humains. Ils sont nos enfants, nos frère et sœurs, nos voisins. Vous voulez les étiqueter, les traquer et les exploiter. Et ceux que vous ne pouvez pas contrôler, vous les tuez. Voilà pourquoi. »

« On élimine des mauvaises personnes qui veulent du mal à de bonnes personnes. De préférence avant qu’elles fassent du mal à des bonnes personnes. C’est notre responsabilité. »

« C’était le monde. Le seul à leur disposition. Personne n’a dit qu’il était parfait. »

« Mais tu ne peux pas balancer une bombe et ensuite venir te plaindre que les gens ne t’aiment pas beaucoup. »

« Un flot d’émotion traversa Cooper. Durant un instant, il se demanda s’il aurait pris la même décision dans la situation inverse. S’il aurait eu le courage d’être un homme au lieu d’un agent. »

« Il avait scruté le miroir. Un homme mort et, probablement, le père d’enfants assassinés.

Mais pas un homme qui allait se laisser faire.

« Parce que tous les discours au sujet de la prévention de la guerre ne sont que des conneries. Ce qu’ils veulent vraiment, c’est la contrôler. Ils veulent provoquer et maintenir un état de guerre larvée. Ils veulent que nous soyons tous sur le qui-vive, en train de nous méfier de tout le monde. Les normaux et les anormaux, ceux de gauche et ceux de droite, les riches et les pauvres, tout le monde. Plus nous avons peur, plus nous avons besoin d’eux. Et plus nous avons besoin d’eux, plus ils deviennent puissants. »

« La foi en le gouvernement, déjà ébranlée depuis longtemps, s’écroulerait complètement. Au fond d’eux-mêmes, les américains ne croyaient plus que leurs dirigeants se souciaient d’eux. Les gens évoquaient les politiciens avec les termes les plus désabusés et les plus cyniques, et on ne pouvait pas leur donner entièrement tort. Mais c’était autre chose de découvrir que le gouvernement ordonnait leur meurtre. »

« Son rôle dans la guerre n’était pas terminé. Loin de là. Ses enfants avaient besoin d’un monde dans lequel grandir, d’un avenir solide, et son combat ne s’arrêterait jamais avant que cela n’advienne. Aussi longtemps que durerait la guerre, il se battrait. »

Note: 4/5

blognote parmeblognote parmeblognote parmeblognote parmeblognote parmenot

Marcus SakeyBibliographie de l’auteur: ICI

15 réflexions au sujet de « Les Brillants – Marcus Sakey »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s