La piste de l’assassin – Samuel Gance

samuel-gance-couverture4ème de couv’

Quand la volcanique Marie du Plessis est en colère, mieux vaut ne pas se retrouver sur son chemin!

Et quand on tue sauvagement l’un de ses meilleurs amis, elle est très, très en colère…

Dans ce polar noir et sur-vitaminé, les rebondissements s’enchaînent pour la jolie rousse et ses deux compagnons et les mèneront en cascade de la savane surchauffée du Mpumalanga, en Afrique du Sud, jusqu’au coeur frénétique des mégapoles d’Asie.

Mon ressenti de lecture…

Après La chapelle des damnés, je m’attendais à ce que ma nouvelle lecture de Samuel Gance soit de la même tempe… Et bien non, on change totalement d’univers: on a affaire à une femme, en plein soleil africain, avec des magouilles bien réelles.

Marie du Plessis s’occupe d’une réserve en qualité de vétérinaire. Elle défend la cause animale avec toute la fougue de son féminisme affirmé. Et de la fougue, elle en a. Il ne lui faut même pas 5 mn pour décider de se lancer à la poursuite de ceux qui ont osé assassiné un de ses meilleurs amis. « Qui m’aiment me suivent, sinon, tant pis, j’y vais seule. » est de fait se devise. Qu’importe les dommages collatéraux, les mises en danger, les flirts avec les limites de la légalité. Marie du Plessis n’hésite pas à se rendre en Asie pour démêler l’écheveau de ce drame, châtier les coupables, ébranler les trafics, secouer des pruniers sonnants et trébuchants. Heureusement qu’elle est aidée dans son entreprise par deux amis qui n’ont pas froid aux yeux.

Mais arriveront-ils à établir la vérité? Et à quel prix?

Ce roman est un cri pour la préservation animale, pour que cessent tous ces trafics honteux pour la corne de rhinocéros ou autres, que la connaissance moderne mette fin aux mythes ancestraux prêtant des vertus miraculeuses à cette ivoire tant convoitée, pour que l’abatage sauvage, cruel et gratuit d’animaux sauvages soit enfin éradiqué.

C’est un roman d’aventures entre Afrique et Asie, un polar, une réflexion cynique sur la société dite moderne, sur la loi de la demande excusant tous les excès, sur les magouilles internationales sous le couvert de la diplomatie.

Du début jusqu’à la fin, aucun moment de répit, tout s’enchaîne à vitesse grand V, l’esprit bousculé entre violence et besoin de justice.

Les personnages sont âpres et sans concession. Rien, ni personne n’est tout noir ou tout blanc. A fortiori en Afrique. Les règlements familiaux surgis du passé s’entremêlent avec une certaine dose de racisme pour densifier une quête de vérité et de réparation. Et rendre la conclusion encore un peu plus sordide.

Le seul bémol, qui me gênait déjà dans La chapelle des damnés, est une sexualité moderne licencieuse qui se glisse par ci par là et que je trouve, à mon sens,  inutile pour l’intrigue.

Mis à part ce détail, ce roman est rapide, intense et se lit quasiment d’une traite. La plume est nerveuse, efficace et addictive.

Samuel Gance a pris le risque de changer totalement de style pour son deuxième roman édité, et c’est pour un résultat des plus satisfaisants! Ce thriller est un régal de lecture.

Je disais que c’était un auteur à suivre lors de mon ressenti de lecture sur La chapelle des damnés… ben… je le suis avec plaisir!

Citations…

« Elle ne griffait pas, ne tirait pas les cheveux, mais elle cognait comme une brute.

Comme un homme.

Mais elle n’était pas un homme.

Elle était une femme.

L’égale des hommes. »

« Je prends la défense du faible contre le fort. J’ai fait le choix de l’Animal contre la barbarie de mes semblables. »

« (…) on est passé, en quelques années, du culte de Mao et du collectivisme au culte du « Moi » et de la richesse. Alors, vous savez, en Chine, de nos jours, l’environnement et la préservation de la nature… »

« Et ils trouveront face à eux de pauvres imbéciles comme moi! Des gens qui embrasseront cette cause perdue d’avance mais qui seront prêts à mourir pour elle. »

« Parfois la vie vous crache à la figure. Parfois, pourtant, il faut continuer de croire en elle. La forcer. La modeler comme un fer encore rouge. »

Note: 4/5

blognote parmeblognote parmeblognote parmeblognote parmeblognote parmenot

Publicités

9 réflexions au sujet de « La piste de l’assassin – Samuel Gance »

  1. Ping : Critique sur le site Livrenvie Black Kat’s blog « Samuel Gance

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s