Même pas peur – Luc Venot

Luc Venot - Même pas peur4ème de couv’

Des crimes précédés de tortures…

Et toutes les pistes qui mènent vers ce foutu foyer de la DASS de la rue Serpolet! C’est quand même pas des gamins qui ont pu faire ça?!

Le commissaire Hercule Mapèch en perd son latin. Pour être honnête, du latin, il en a jamais eu beaucoup, mais c’est un teigneux, Hercule, et il ne lâchera pas l’affaire. Fabulous-Fab et Biggy-l’avion-de-chasse sont là pour l’aider, les assassins n’ont qu’à bien se tenir!

Mon ressenti de lecture…

Une bonne petite claque.

Voici ce que représente ce thriller pour moi.

Des meurtres lents et sadiques mènent tout droit deux policiers, Hercule et Fab, à un foyer de la DDASS dans lequel adultes et adolescents se côtoient. Les victimes ont certainement mérité leur sort mais tout crime ne doit pas rester impuni. Rien ne justifie l’exercice de la Loi du Talion dans notre société moderne et, par conséquent, le ou les assassins doivent être mis hors d’état de nuire.

Pas de suspens sur l’identité du ou des tueurs, ni même sur les mobiles. C’est posé derechef, cela surprend, et nous entraîne dans une spirale contradictoire.

Pourquoi contradictoire?

Parce que les pans les plus sordides des maltraitances à enfants, hors et au sein de la DDASS, nous révoltent et nourrissent notre rage de parents. Mais doit-on pour autant excuser le sang versé en représailles? Mais où est donc cette société dont un des principaux rôles est de protéger les faibles, les jeunes et les innocents?

Contradictoire car lorsque nous voyons évoluer ces deux flics, que pas grand chose ne distinguent des pourris qu’ils sont censés arrêter, nous nous demandons si notre système ne fonctionne pas en dépit du bon sens.

L’auteur aurait pu tomber dans le voyeurisme des atrocités subies par les enfants. Mais non… malgré quelques scènes assez violentes et crues, il reste pudique et quelque peu délicat.

L’horreur est contrebalancée par la pureté. La pureté des sentiments qui rapprochent ces individus cassés: un adulte et trois adolescents que les épreuves ont fait mûrir trop vite. Les personnages de Michel, Antoine, Rio et Emilie sont attachants et secouent nos petits cœurs même meurtris; ceux de Fab et Hercule, agaçants au possible.

Un mélange d’humour décapant, de sensibilité entrelacés avec la cruauté et l’injustice de notre monde. Des dialogues fleuris adoucis par la profondeur et la simplicité des liens qui se nouent. Avant même les meurtres, les flics, les paumés, c’est une incroyable histoire d’amitié et d’amour entre écorchés de la vie. Un appel des blessures du cœur qui espère encore malgré tout et qui trouve écho. Une rencontre, une reconnaissance, des sentiments inconditionnels qui bouleverse les existences… sauf pour celui qui s’est engagé trop loin dans la haine…

La fin est déchirante mais quelque peu inéluctable et attendue…

Mais un arc en ciel naît souvent après un orage, non?

Une bonne petite claque pour une lecture qui, a priori, ne rentrait pas dans mes domaines livresques de prédilection.

Maintenant… c’est à vous de tenter une rencontre avec Antoine, Rio, Emilie… et Michel!

Citations…

« Il dit qu’il est un prince de la rue, qu’il est un prince dans la rue. »

« Mon plus grand kif, c’est la vengeance, c’est le meurtre en lui-même. Le râle, l’agonie, le dernier souffle, le dernier regard… J’adore, je jouis. Je reste des heures à les regarder souffrir. A ce moment-là, je crois même que je les aime. J’ai tellement de haine que je les aime. Ouais, c’est ça… je les aime. »

« Vous voulez mourir?

Peut-être… J’sais pas… J’ai jamais essayé. »

« Toi, tu es certain d’avoir été jeune… Moi, rien ne dit que je serai vieux. »

« Quand on est malheureux, on est toujours seul. Les gens n’aiment pas le malheur, alors ils finissent par lui tourner le dos, la laissant seule avec ses souffrances, ses doutes, ses peurs, ses pleurs. »

Note: 5/5

blognote parmeblognote parmeblognote parmeblognote parmeblognote parme

Publicités

16 réflexions au sujet de « Même pas peur – Luc Venot »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s