Angelopolis – Danielle Trussoni

Danielle Trussoni - Angelopolis4ème de couv’

Ils sont les gardiens du mal et depuis des siècles, manoeuvrent dans l’ombre pour dominer le monde. Évangéline est la seule qui pourrait les en empêcher… si elle n’était pas l’une des leurs. Son choix scellera la destinée de tous. De Paris aux montagnes bulgares en passant par les mystères occultes des palais des Tsars, une course-poursuite effrénée s’engage entre anges et humains. Parmi eux, Verlaine, l’un des meilleurs chasseurs d’anges, finit par découvrir le moyen de neutraliser ces créatures. Un dilemme s’impose à lui: sauver Évangéline, dont il est éperdument amoureux, ou préserver le monde des hommes. Alors que le combat ultime contre les anges déchus approche, quel camp choisira Évangéline? Qui gagnera la bataille millénaire entre le Bien et le Mal?

Mon ressenti de lecture…

C’est suite à un appel à blogueurs des Editions Fleuve que ce livre m’est parvenu… et je remercie donc Fleuve Editions. Mais problème… c’est un Tome 2 et… je ne connaissais pas le Tome 1… C’est ballot et il a fallu que je me procure le 1er pour aborder le 2ème…

Ceci étant fait, nous voici donc 10 ans après la fin de La malédiction des anges, aux côtés de Verlaine, chasseur d’anges… Et oui, parce que dans cette série, les anges ne sont pas purs et innocents… tout au contraire! Et il est appréciable d’entrer dans un monde bousculé des clichés habituels!

Angéline, personnage central du 1er tome, est faite prisonnière au début de celui-ci. Elle se fait donc discrète dans cette histoire, laissant toute latitude à l’enquête menée par Verlaine et ses amis.

Le démarrage est lent, à mon sens, malgré les scènes de poursuites.

Car Danielle Trussoni étoffe largement l’histoire de ces Anges par moult références historiques, scientifiques et mythologiques.

Trop.

On sent le sujet fouillé, documenté et travaillé, mais le lecteur s’y perd un peu. Même si j’ai adoré la ré-interprétation de la vie des Romanov avec ces pointes angéliques, cette construction de tout un univers où se croise réalité historique et théorie chimérique, il est difficile d’imaginer lire Angelopolis sans La malédiction des anges auparavant. Rien que l’énoncé des différentes races d’êtres, dès le début, nous laissent perplexes devant tant de détails… oubliés à la page suivante! Un côté ésotérique somme toute très intéressant et captivant mais qui procure une sensation de longueur par moments, donc. Une volonté de trop bien faire, peut-être, qui dessert la fluidité de la lecture.

Heureusement que le rythme s’accélère et que le style s’allège vers la fin pour offrir un final qui me donne envie de connaître la suite.

Mais il me reste un arrière goût d’insatisfaction, comme si l’auteur n’avait pas tiré le meilleur de ses idées, à trop vouloir nous imprégner de l’essence même de son histoire…

Citations…

« Elle exaltait son sentiment d’être vivant alors même qu’elle aspirait à le tuer. »

« Elle n’était ni grande, ni petite, ni maigre ni grosse, ni belle ni laide. Elle se considérait en fait comme un parfait exemple de médiocrité physique, et c’était cette certitude qui la motivait à se focaliser exclusivement sur sa vie cérébrale, à repousser ses limites intellectuelles et à se détourner du genre d’existence frivole (…) »

Note: 3/5

blognote parmeblognote parmeblognote parmeblognote parmenotblognote parmenot

Publicités

Une réflexion au sujet de « Angelopolis – Danielle Trussoni »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s