Apnée noire – Claire Favan

Claire Favan - Apnée noire4ème de couv’

« Vêtue d’un pyjama en satin écru, la jeune femme repose dans une baignoire remplie, en position de foetus inversé. Ses mains et ses chevilles sont étroitement liées derrière son dos et elle flotte encore avec un soupçon de grâce. » A Columbia, sur la côte est des Etats-Unis, c’est la scène macabre que découvre le lieutenant Sandino. Officier intègre, c’est aussi un homme brisé depuis la disparition de sa famille. Pour mener cette enquête, il doit collaborer avec Megan Halliwell, l’agent du FBI qui a permis l’année précédente l’arrestation de Vernon Chester, un tueur psychopathe qui vient d’être exécuté. Très vite pourtant, il apparaît que ce dernier meurtre présente des ressemblances troublantes avec les crimes commis par Chester. Comment est-ce possible? Tandis que Megan n’ose imaginer le pire, une erreur judiciaire, Sandino se concentre sur certaines incohérences. De discordes en silences la relation des deux policiers évolue, alors que chaque jour le tueur semble se rapprocher d’eux, omniprésent et insaisissable…

Mon ressenti de lecture…

Il a fallu que je prenne un peu de distance avant d’écrire ce ressenti. Parce que j’ai enchaîné le diptyque fabuleux des « tueurs » avec celui-ci… et que c’est un tort car on change entièrement de décors, et que cela ne saurait rendre justice à ce roman.

Alors on oublie les « tueurs » et on plonge en apnée.

Vince Sandino, flic à la dérive alcoolique, se voit offrir une dernière bouée de sauvetage par son supérieur et ami: il a en charge l’enquête criminelle sur des meurtres rituels de femmes retrouvées noyées dans leur baignoire.

Meurtres qui pourraient être attribués à Vernon Chester.

Le hic?

Ce psychopathe a été exécuté.

Vince doit donc collaborer avec l’agent du FBI à l’origine de l’arrestation de Vernon, Megan Halliwell, pour élucider ces nouveaux cas.

C’est un thriller de facture classique, avec son duo d’enquêteurs à couteaux tirés, parce que rivalités inter services, parce qu’un homme face à une femme, avec tensions sexuelles à la clé; unis par obligation dans un but simple: faire chuter dans la nasse de la justice le responsable de ces meurtres.

L’intrigue est passionnante: a-t-on affaire à un Vernon ressuscité, un copycat ou pire?

Comment naît la démence ou la déviance d’un serial killer, comment s’organise-t-il et comment peut-il courir à sa perte?

Elle est rythmée: par l’avancée de l’enquête, les hypothèses parfois délirantes échafaudées, les prises de bec et l’humour, le réveil de Vince et la débandade de Megan.

Elle est surprenante par la tournure des événements, la destinée de Vernon et un passé révélé enfin par la pugnacité d’un seul homme, Vince, obligé de partir sur les traces inexplorées et ignorées de l’enquête pour sauver sa propre peau.

Vince est attachant, on se désole pour lui, on a la gueule de bois avec lui, on hésite et on se remet en selle avec lui, on s’apaise avec lui. C’est un homme qui se relève après une dure chute, trébuche sur ses fragilités, vient à bout des obstacles pour terminer la course la tête haute. Et ça… j’aime qu’un personnage profondément humain puise dans ses ressources pour se dépasser pour atteindre le meilleur de ses capacités.

Alors que Megan est agaçante, par sa chance insolente, sa brutalité, son esprit tordu. Le personnage est un peu trop caricatural à mon goût. Je me demande comment elle a pu mener une telle carrière alors que son comportement et ses méthodes borderline sont à la limite de la raison et de la logique. L’explication de son être est subtile mais ne me convainc pas.

Le périple solitaire de Vince est l’élément primordial de ce roman, à mes yeux. C’est avec lui que l’histoire prend réellement corps et en rend addictive la lecture. C’est avec lui que l’enquête est sur de bons rails et a des chances d’aboutir. Terminé les hypothèses vaseuses, surnaturelles et le flou artistique, c’est du concret, de la logique, du travail et du résultat.

Je ne peux rien dévoiler du mobile de cette série de meurtres mais l’explication m’a ravi par son ingéniosité et originalité. Un point supplémentaire en faveur de ce thriller.

Au final, je classe Apnée noire dans les bons thrillers mais je me mords les doigts de l’avoir lu trop rapidement après Le tueur intime et Le tueur de l’ombre…

Citations…

« Ma motivation en a pris un coup, car je n’ai pas souvent l’occasion d’assister à une tranche de vie de mes victimes. D’ordinaire, c’est plutôt votre silence éternel qui m’intéresse… »

« Vous êtes horripilant. En même temps, à cause du gâchis que vous faites de votre vie, on ne peut vous détester aussi profondément que vous le méritez. »

« Quelle tristesse de laisser les vivants se lamenter sur leur perte, si l’âme du défunt a déjà repris le cours de son existence dans un autre corps! »

« Survivre à une commotion, à une collision avec un train, pour finir terrassé par une crise cardiaque, ça serait con, non? »

Note: 3/5

blognote parmeblognote parmeblognote parmeblognote parmenotblognote parmenot

Publicités

10 réflexions au sujet de « Apnée noire – Claire Favan »

  1. oui je comprends ta réaction.
    Il est tellement différent des précédents, qu’il faut en faire complètement abstraction. Pas facile quand on vient de les lire à la suite…
    On en reparlera dans 2 mois quand tu auras encore davantage de recul 😉

    • Mmhh mon avis ne changera pas… je n’ai rien vu d’exceptionnel dans ce roman… au contraire… Ma chronique est volontairement soft car je n’exclus pas le fait que je n’aurais pas dû enchaîner les 3 romans. Dans 2 mois, ma chronique aurait été certainement plus assassine… 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s