La nuit interdite – Thierry Serfaty

4ème de couv’

Thierry Serfaty - La nuit interditeUne nuit sans fin. Un homme hanté par le souvenir de sa femme et de son enfant sauvagement assassinés. Et par l’image, obsédante, d’un visage qui disparaît inexorablement de sa mémoire, celui de l’assassin.

Bientôt, il n’en restera plus rien. Sauf si l’on empêche cet homme, le seul témoin du drame, de sombrer dans un sommeil aussi profond que l’oubli, aussi dangereux que la mort qui le guette.

Car la proie, désormais, c’est lui.

Mon ressenti de lecture…

Ah la la la… quand un médecin prend la plume… c’est divin! Non, sérieux, c’est magistral! Et Thierry Serfaty n’est pas le seul de nos médecins à utiliser avec brio le scalpel sur le papier!

C’est clair, j’adore aborder des sujets fascinants comme le cerveau quand il est baigné dans un thriller! C’est l’art et la manière de nous titiller les neurones, nous instruire tout en nous divertissant!

Et avec La nuit interdite, nous sommes largement servis!

Imaginez donc que le seul témoin, par sommeil interposé, d’un double meurtre assiste impuissant à la disparition de ses souvenirs par le biais de ce même sommeil! Et que le seul moyen de préserver et ce témoignage, et la vie de cet homme devenu proie à son tour, est de l’empêcher de dormir!

Le sujet traite du sommeil mais n’espérez pas vous endormir… parce que eux, n’en ont pas le droit et ils vont vous entraîner de Paris à Marseille, et de Paris et… à Rio pour une petite danse endiablée!

Le sujet du sommeil est ici développé à partir de différentes approches, médical, entre recherches, études comportementales et psychiatrie; spirituel et, par extension, religieux.

Ces différents points de vue sont explorés par Erick Flamand, l’enquêteur chargé d’élucider ce double assassinat, lui aussi en prise avec les aléas du sommeil hanté par de douloureux souvenirs. Ce qui le rend d’autant plus attentif à chaque théorie énoncée et argumentée. Parce que oui, chaque piste est diablement précise et documentée, chaque piste est riche de crédibilité et de réalité. Evidemment, ce sujet pose ici le problème de l’éthique des chercheurs.

Qui dit recherche, dit dérive… fatalement!

Quand certains voient dans la recherche médicale l’exploration de l’inconnu, source de nouvelles possibilités d’amélioration et de guérison, d’autres ne voient que l’exploitation de nouveaux pouvoirs aux fins de manipulation et de destruction. Certains sont près à tout pour réussir ce challenge qui les rendraient puissants et uniques.

A travers cette analyse du potentiel du sommeil, c’est aussi une approche de la psychanalyse et des maladies mentales qui est mis en exergue pour nous interroger. Ne cherche-t-on pas à sauver d’eux-mêmes les tueurs et autres graves déviants, dans cette Fondation aux buts si louables?

A travers ce thème, c’est aussi une réflexion personnelle sur notre rythme de vie, la complexité de notre psyché, de nos sensibilités et de nos névroses. Cela nous conforte dans certaines certitudes, certains doutes et nous ouvrent les yeux face à un univers fondamental: la pyramide mentale.

Mais ne vous y trompez pas, vous ne lisez pas un traité médical ou d’obscur scientifique!

Vous lisez avant tout un thriller, avec un suspens étouffant, une angoisse qui vous donne des suées froides, et une addiction certaine à non pas un, mais 3 ou 4 personnages. Et oui, accrochez-vous! Vous avez Laurent, la proie endeuillée, aux prises avec ses propres névroses et détenteur de la vérité. Attachant, par ses absences, sa volonté de fuite et l’espoir d’un lendemain plus clair.

Vous avez Erick, homme blessé et tourmenté, par qui la lumière finira par percer.

Vous avez Eva, la marseillaise, un personnage très touchant pour qui l’empathie est immédiate, qui se bat contre ses propres démons, se battra bec et ongles pour mener Laurent sur les rivages de la lucidité.

Vous avez également Nadine, fille d’un professeur de génie, qui n’aura de cesse de concilier sa vie spirituelle avec les recherches de son père…

Je n’oublie pas non plus St.. aahh non, sinon j’en dis trop!

Bref, La nuit interdite est le premier volume du cycle de La pyramide mentale! Mais qu’est-ce que je fais encore ici alors que les autres m’attendent!?!

Citations…

« (…) probablement un coup tiré à bout portant. Ça rentre, ça massacre tout et ça ressort poliment de l’autre côté. »

« Douter de la légitimité d’une thérapie revenait à couper les ponts avec le psychiatre qui la pratique. »

« Le sommeil paradoxal (…) est un coup de tonnerre dans le ciel serein du sommeil. Le « paradoxe » réside en cela: un cerveau hyperactif dans un corps inerte. »

« Accepter son corps, ou accepter de l’avoir rejeté, de l’avoir enveloppé et d’avoir muselé son identité féminine. »

« Le massage ayurvédique, le corps en prolongement de l’esprit, le corps qui parle sans penser, la main qui exprime et qui reçoit. (…) « Ne cherche pas la fusion, mais trouve la continuité. »

« (…) toujours une distanciation à son propre égard: se regarder tel un être détaché d’elle-même, et trouver la paix dans cette séparation artificielle, à défaut d’accepter cet autre. »

« Avec ton ressenti, tu mets le doigt sur les nœuds intérieurs. Les identifier, c’est commencer à les dénouer. »

« On cache en soi ce qui fait mal. Ce qui doit rester secret. (…) Ou on se fait souffrir en cachant, au contraire. On se fait souffrir, aussi, quand on ne laisse pas remonter ce qui veut émerger. »

 Note: 5/5

blognote parmeblognote parmeblognote parmeblognote parmeblognote parme

Publicités

26 réflexions au sujet de « La nuit interdite – Thierry Serfaty »

  1. un bouquin sur le sommeil qui tient éveillé tout la nuit, c’est paradoxal 😉
    J’ai les 3 tomes dans ma Biblio qui attendent depuis des lustres, c’est bon tu as réussi à me faire culpabiliser

    • j’attends que l’avancée du temps se stoppe d’un coup, ou de pouvoir prendre un congé sabbatique d’un siècle ou deux, ou de trouver une méthode pour lire un bouquin en 23 minutes (tout en ressentant tout de même toutes les émotions de cette lecture)… Pour l’hypothèse 3, pas certain que ça soit supportable à l’usage

  2. Gnnnn, j’ai envie de lire !! Et je note que Yvan nous parle de 3 tomes !! ça va pas arranger ma MÀL… non, vraiment pas ! Ce n’est pas d’utilité publique que de me tenter 😆

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s