Kaleb – Myra Eljundir

Myra Eljundir - Kaleb4ème de couv’

Tome 1: C’est si bon d’être mauvais.

À 19 ans, Kaleb Helgusson se découvre empathe: il se connecte à vos émotions pour vous manipuler. Il vous connaît mieux que vous-mêmes. Et cela le rend irrésistible. Terriblement dangereux. Parce qu’on ne peut s’empêcher de l’aimer. À la folie. À la mort. Sachez que ce qu’il vous fera, il n’en sera pas désolé. Ce don qu’il tient d’une lignée islandaise millénaire le grise. Même traqué comme une bête, il en veut toujours plus. Jusqu’au jour ou sa propre puissance le dépasse et ou tout bascule… Mais que peut-on contre le volcan qui vient de se réveiller?

Tome 2: Le mâle dans la peau.

Magnétique et sensuelle, Abigail est l’arme la plus redoutable du réseau SENTINEL. La jeune succube se nourrit de votre énergie vitale et vous consume dans l’extase. Inutile de lutter : l’attraction qu’elle suscite est irrésistible. Même si faire l’amour avec elle, c’est s’unir à la mort. Kaleb Helgusson est plus dangereux encore, car il porte désormais l’empreinte du Mal. Quand leurs routes se croisent, Abigail a beau le repousser, l’empathe l’attire comme un aimant. Au terme d’un affrontement passionnel sans merci, ils découvriront avec effroi ce que la combinaison de leurs dons peut accomplir. Mais seront-ils capables de maîtriser leurs désirs les plus sombres?

Tome 3: Tout est bien qui finit mal.

La prophétie du volcan prédit l’avènement d’une nouvelle ère, initiée par l’Elu… Or qui, de Kaleb, Abigail, le colonel Bergsson ou encore Mary-Ann bouleversera à jamais le destin des enfants du volcan ? Et si la mort est la clé, tous ne sont-ils pas des morts en sursis? Seul le Livre du volcan peut apporter des réponses à Kaleb et lui permettre de survivre au volcan qu’il a réveillé. Mais le tenir entre ses mains peut se révéler plus destructeur que tout… Ce dernier tome de la trilogie de Kaleb lève le voile sur une mythologie qui prend racine bien au-delà de ce que vous pouviez imaginer. Plus que jamais, il est question de pouvoir, de sombre passion, de manipulation machiavélique et du parfum sulfureux d’une saga millénaire dont le dénouement pourrait bien vous faire penser que tout est bien qui finit mal.

Mon ressenti de lecture…

Tout d’abord, un très grand merci à mon amie, Marie-Claire, pour le prêt de cette trilogie qui me faisait furieusement de l’oeil! Kaleb ou l’histoire d’un jeune adulte qui se découvre Enfant du volcan. Doté d’empathie qui se révèle violemment après l’éruption lointaine de l’Eyjafjöll, en Islande. Don ou malédiction? A dompter, maîtriser, canaliser, en tout cas. Mais comment en utiliser la quintessence positive quand on en ignore tout, quand les aspects sombres offrent puissance, jouissance et pouvoir à un jeune esprit en construction, épris de sa propre importance? Comment rester bon quand tout pousse vers la liberté et l’impunité du mal? Comment construire quand ceux qui vous traquent détruisent tout autour de vous, ce qui fonde votre équilibre et vos repères de vie? C’est l’histoire de Kaleb et des enfants du volcan, entre synesthètes, dompteurs, conteurs, guérisseurs, précog ou empathes… Dotés de « pouvoirs », convoités et pourchassés par ceux qui sont dépourvus de ces qualités, mais non de haine. C’est leur combat à survivre, à échapper aux Veilleurs, chargés de les traquer, de les analyser comme des cobayes ou les vendre aux gouvernements aux fins d’exploiter leurs spécificités. C’est aussi l’histoire d’une haine farouche et d’une vindicte intime personnifiée par le colonel Bergsson, se servant de sa position au sein de l’organisation pour mener à bien sa vengeance, persuadé d’être l’Elu, poussé par un esprit retors venant d’un lointain passé. Chacun d’eux entend et voit cet esprit. Est-il le salut, est-il la chute? Quel est donc cet esprit ne demandant qu’à renaître? Quelle est donc la réelle prophétie des EDV? Kaleb est celui qui forgera le destin de tous. Ce personnage est d’une personnalité fascinante. On ne peut que succomber. A la fois puissant et fragile, attiré par l’abîme du pouvoir le plus abject et pourtant animé d’une volonté de paix. Il subit les tumultes des passions, les siennes, les vôtres, les alimente aussi, les provoque, cherche les limites, s’effraie de leurs conséquences, s’en éloigne pour mieux y replonger. Tour à tour frêle esquif sur un océan démonté ou la source même des tempêtes, Kaleb suscite une kyrielle de sensations viscérales. On l’aime. On le condamne. On tremble pour lui. On lui souhaite le pire. Mais toujours on vibre au gré de ses émotions. Elles sont siennes. Ce sont les nôtres. On partage son empathie dans tout ce qu’elle recèle de beauté et de noirceur. On est dans la violence des sentiments, de celle qui ne laisse aucun repos. Un maelström d’émotions et de réflexions agité sous un crâne bombardé de tant de stimuli extérieurs qu’il est difficilement concevable qu’une seule âme puisse en sortir indemne, a fortiori celle d’un jeune homme étranger à la sagesse des âges. Le domaine de l’empathie est exploré et vécu de l’intérieur, finement incisé à coups de scalpel, retranscrit, partagé, transmis. Don ou malédiction, aucune réponse n’est la bonne. Au delà d’être une histoire Fantastique, c’est une formidable apologie des haines ancestrales, du feu des guerres aux origines lointaines qui perdure et ne s’éteindra peut-être jamais, tant que des braises couveront. C’est un cri pour la tolérance, la connaissance et l’intelligence de ne pas se laisser gouverner par notre peur de l’inconnu et de la différence. C’est un appel à la maîtrise de la soif de pouvoir inhérente à l’être humain depuis l’aube des temps, cette détestable volonté aveugle d’asservir l’autre ou le supplanter. De cette trilogie, très bien équilibrée d’un tome à l’autre, j’avoue avoir une préférence pour le troisième, relatant, dans un journal dont Myra a la responsabilité, les témoignages des origines et de l’évolution des EDV. Enormément d’émotions transpirent dans ses vies tumultueuses jalonnées de sang et d’injustice, et nous questionnent sur les choix que l’existence nous amène à poser, et sur l’importance de l’individu au sein d’une communauté… ou son impuissance, son incapacité, son sacrifice… Kaleb est un véritable coup de cœur, de part son intrigue, son suspens, sa fin totalement hallucinante, cette immersion dans un univers fascinant et ce voyage au travers des tourments de l’âme, dans ce qu’elle possède de plus admirable et lumineux, tout autant que dans ses incertitudes nébuleuses et obscures. Et je ne sais toujours pas si je dois admirer Kaleb ou le coller dans une oubliette…

Citations…

« Il lui avait fait entrevoir ce que le bonheur pouvait être, avait démonté sa citadelle brique par brique, pour la laisser nue, exposée aux 4 vents, livrée au désespoir de s’être laissée aimer et à la certitude d’être condamnée à ne plus jamais connaître ça. »

« Le Bien et le Mal ne sont pas si différents. Ce sont des frères jumeaux qui s’épanouissent différemment. Il suffit parfois d’un minuscule grain de sable pour enrayer la machine et inverser la tendance de chacun. Et si le Mal peut devenir le Bien, c’est que tout est possible… »

« (…) on pouvait voir passer toutes les saisons de ses émotions, les orages, les raz-de-marée, les doutes, les accalmies, l’envie de soleil et la capacité à réchauffer l’autre de son amour. »

« Je suis peut-être jeune, mais mon âme est pure et solide. Elle sait oublier les artifices dont trop souvent les gens se parent, pour lire directement dans leur coeur. »

« Mais je préfère mourir debout que vivre à genoux. »

Note: 4/5

blognote parmeblognote parmeblognote parmeblognote parmeblognote parmenot

Publicités

12 réflexions au sujet de « Kaleb – Myra Eljundir »

  1. Et bien on dirait que cela t’a marquée. Je n’entends que du bien de cette trilogie. Mon dieu donnez moi du temps. Du temps pour avoir du temps, ce temps de lire.
    Alors merci pour cet belle chronique. J’ai, sans hésiter, pris le temps de la lire.

  2. Ah mais non ça ne va pas du tout ! Pas sympa du tout, ton truc !
    Donner à ce point aussi furieusement envie de lire non pas 1 mais 3 livres, c’est sadique ! 😉
    Une trilogie… mais où est ce que je vais trouver le temps de placer une trilogie dans mon planning…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s