Prédation – Jérôme Camut & Nathalie Hug

195592754ème de couv’

Un cadavre dénudé est découvert dans une friche industrielle, la main droite déchiquetée.

Un homme se tire une balle en pleine tête, dans un centre commercial bondé.

Un jeune père, dressé comme un chien, est tourmenté sans relâche au fond d’un cachot sans porte ni fenêtre. Aucune piste, aucun lien, aucun mobile… Qui sont ces hommes? Pourquoi ont-ils été choisis? Pour quelle mise à mort aberrante?

Prédation entrouvre la porte d’un univers imprévisible et angoissant, étrangement en prise avec les faits divers les plus choquants de notre époque.

Mon ressenti de lecture…

Jérôme Camut et Nathalie Hug nous offrent, avec ce 1er tome de leur tétralogie, Les voies de l’ombre, une véritable plongée en enfer au fil d’une intrigue qui tient en haleine de la 1ère à la dernière page.

On découvre peu à peu l’univers de Kurtz, les fondements de son « entreprise », l’étendue de son intelligence déviante et de ses réflexions torturées qui font de lui un prédateur de l’ombre.

Les nombreux rebondissements alternent avec la lente agonie mentale d’Andreas. Ce qui permet de ne pas totalement suffoquer devant la redoutable efficacité du plan de « déprogrammation » psychologique mise en place par Kurtz, tant l’empathie pour cet homme est inévitable, voire dérangeante…

On se questionne en même temps que Rufus, le personnage qui n’échappe pas, malheureusement, aux clichés du flic en perdition, mais auquel on s’attache malgré tout car profondément humain et parce que son instinct le pousse à se dépasser et le pose en seul « justicier » possible.

On suit également le périple des enfants, enlevés en même temps que leur parent, et qui décident d’échapper à leurs geôliers… et là, bémol, ils manquent de crédibilité, à mon sens. On s’y attache, certes, mais on imagine mal des enfants de cet âge réagir de cette manière.

Bref, le rythme est trépidant, on n’a aucunement le temps de se poser entre les « scènes » d’action et les plongées dans la psychologie des personnages, les fondations de la grande histoire sont posées et ce tome se termine sur un suspense insoutenable.

Toutes les conditions sont remplies pour se jeter avidement sur le tome 2, Stigmate.

Citations autour de Prédation – Jérôme Camut & Nathalie Hug.

Note: 5/5

blognote parmeblognote parmeblognote parmeblognote parmeblognote parme

Publicités

4 réflexions au sujet de « Prédation – Jérôme Camut & Nathalie Hug »

  1. LA série ultime parlant de tueur en série et de manipulation psychologique ! Pour ma part j’ai trouvé ça crédible de bout en bout, ça en est pétrifiant. On va attendre tes avis sur le reste de la série avec impatience 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s